Adultes Surdoués-Forum HELIOS (Hpi, Zèbres, hqi...)

Récit collectif

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par JCVD le Mar 1 Aoû - 0:13:04

James Bond se releva péniblement, le corps endolori par les chocs répétés des balles de gros calibre que lui avait envoyées l'agent russe. Son armure en nano-fibres de kevlar / polonium 232 désactivé couplée à un astucieux dispositif lanceur de sauce tomate l'avait protégé des pointes meurtrières envoyées par rafales de 30 coups/seconde tout en induisant son ennemi en erreur, qui l'avait cru maculé de sang.
Le laissant là pour mort, l'ignoble cosaque n'avait en effet pas tardé à tourner casaque (gag !).
Mais il s'était ré-emparé de la mallette.
Malgré la douleur, 007 eut un large sourire de satisfaction à la pensée que le MI6 ne tarderait pas à l'envoyer en Russie récupérer le machin : à lui les belles poupées russes !

JCVD
Pâquerette timide
Pâquerette timide

Messages : 19
Date d'inscription : 25/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Mar 1 Aoû - 0:15:59

Azy uccen rattrapera demain, moi j'attends un peu, ca parle encore de pistolet, je sais même pas comment ça marche ces trucs la.
Jcvd >>> ne serais tu pas doué de tes mains ? Le kick boxon c'est avec ses membres non?

Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Mar 1 Aoû - 0:21:52

C'est encore nawak mais j'ai bien envie d'écrire des connerieq suite à ton post. Le uccen va être cloué , mais on s'en fout , il est trop sérieux ce chacal.

Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par JCVD le Mar 1 Aoû - 4:20:06

Vive a écrit:Jcvd >>> ne serais tu pas doué de tes mains ? Le kick boxon c'est avec ses membres non?

Je te vois venir, toi, avec tes histoires de membres !

JCVD
Pâquerette timide
Pâquerette timide

Messages : 19
Date d'inscription : 25/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Mar 1 Aoû - 9:44:16

James fut exfiltré de la riante cité de la Mer Noire dans la nuit, quelques bleus et côtes fêlées il en avait vu d'autres.
Le lendemain, fringuant et rasé de près, il allait guilleret vers son adresse préférée du moment, celle de Miss Turner, une bombasse anglo-indienne dont il ne savait pas s'il préférait se perdre en ses yeux de biche ou en son âcre rondelle.
La délicieuse créature lui ouvrit en peignoir de satin et ils s'empoignèrent comme des bêtes en rut à même le sol. Tandis que notre héros vagissait sous les invraisemblables coups de hanches de l'exotique succube, une accalmie se fut, et il s'inquiéta de cette trêve inappropriée, et plus encore quand il croisa le regard plein d'effroi de son amante refroidie.
Elle le quitta prestement, laissant son membre ridiculement nu, et poussant un cri désigna son visage.
James se leva pour s'enquérir de ce qui avait impressionné la pulpeuse brune pour laquelle il triquait si dur et passa dans la salle de bain.
Quelle ne fut son horreur quand il constata que son viril profil dont il n'était pas peu fier était ravagé par de rouges pustules, apparues subrepticement et en un moment des plus fâcheux. Cependant ce n'était là qu'un coup de semonce, car le soir, après que 007 ait honteusement déguerpi et soit rentré à l'hôtel en se cachant dans son col, la tête engoncée jusqu'aux oreilles dans son Fedora, et se soit morfondu de long en large dans sa chambre richement meublée, le garçon qui venait lui apporter son souper, après s'être présenté à quelques reprises, ne put que constater que l'hardi gentleman gisait sans vie, le visage ainsi que les parties apparentes de son corps affreusement boursouflées par de monstrueux bubons sanguinolents.
James O Gregor Mac Connor alias Bond reçut les hommages de la nation, et le tout Londres assista à ses obsèques d'une pompeuse simplicité et à sa mise en bière à Highgate.

Cette soudaine tragédie était observée avec intérêt et satisfaction à plusieurs milliers de lieues de là, en la froide Moscovie, et particulièrement ce mardi soir dans le salon de Guerrassim Athanasaviev, lieutenant-colonel feld-maréchal des logis de l'ex-Tcheka amiral commandant des hussards de l'ex-Mgb et présentement consul magister tyran d'escadron du KGB, occupé à présider la série de toasts en l'honneur de l'éternelle union des peuples socialistes soviétiques, de la proche venue du communisme mondial, de Lénine, Staline et PierrePaulJacques, et évidemment des citoyens Igor Vassilievitch Jdanov, mort au champ d'honneur, Piotr Leonytch Grabadtynchevoukov, camarade émérite, et du professeur Sigismond Tobian Alouette, inventeur des balles à dissipation gazeuse de perconoclyrosatananium, testées et éprouvées dans les camps Balchingazor I et II, et qui venaient à temps voulu de débarrasser la surface de la terre de cette canaille de cancrelat anglais.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Mer 2 Aoû - 3:57:14

Mais comme demain jamais ne meurt, notre cancrelat se transforma à nouveau en homme, et se releva prestement quoi qu'un peu engourdi par son immobilité au sol.
Il épousseta son costume trois pièces parfaitement cintré et ne laissant rien ignorer de sa parfaite virilité.
La peau de notre agent si peu secret était redevenue intacte.
Les croutes et papules avaient laissé place à une soie ambrée .
Il se jura de ne plus jamais retourner chez le charlatan qui lui avait vendu un peeling, et avait eu en réalité pour mission de passer notre homme a l'acide chlorhydrique. La jeune femme aux yeux de chat qu'il avait si généreusement honorée la précédente nuit, n'avait pu tenir son engagement et avait étalé copieusement sur les parties enflammées du corps de jean l'antidote, neutralisant ainsi les effets du peeling .
Jean james jamais... ah non. Pardon c'est l'autre ça.
James s'éloigna de l'antichambre à pas précipités. Il était chargé de mettre la main sur les documents compromettant Sir William Cheesman et son implication dans la tentative d'homicide de sa majesté la reine Elisabeth . La mission n'était pas aisee mais james était james.

Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Mer 2 Aoû - 13:02:13

Johannes James Mag Gregor Shaquile O' Neill traversait Hyde Park en chantonnant, tout content de sentir son sgueg chaud dans son boxer en alpaga, et rêvant à son prochain titre de Lord qui ne saurait tarder, cependant qu'il se faisait du souci à propos de la lorditude de ses quatre-vingt dix-sept enfants naturels, et tout à ses pensées immodestes il ne fit pas attention aux robustes énergumènes qui surgirent de derrière les troncs d'arbre environnants ; ses précieuses techniques de Jus Chiedessus, de savate khmer rouge et de krav maga de Belem, Brasil, lui sauvèrent une seconde la face mais il se trouva néanmoins pas plus tard qu'immédiatement ficelé saucissonné en veux-tu en voilà une taie d'oreiller sur la tête dans un fourgon direction une petite crique de la Manche, à portée de laquelle attendait un léviathan atomique surfuselé  qui l'emmena à Mourmansk en trois coups de cuiller de caviar.
Ci-fait on l'aéroporta en Sibérie orientale, il fut écartelé entre des élans bourrés de vodka amphétaminée, dépecé, démembré, et ses parties données à bâfrer à des ours affamés.
Les ursidés aussitôt abattus furent passés au mixeur, leur bouillie carbonisée et les cendres dispersées au-dessus de la mer d'Okhotsk.

La reine Elisabeth pleura un chouïa avant d'aller dans sa chambre à plugs anal se réconforter.

Après tout que pouvait bien faire la fétide Albion face l'Ivanie terrible.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Mer 2 Aoû - 13:52:17

La Reine ne s'attrista que peu de temps.
Par courrier express des services spéciaux , on lui avait communiqué que James avait survécu , mais qu'il demeurait affaibli et que tous ses membres avaient été donnes en pâture à de féroces carnivores avides de chair humaine.
Horrifiée, elle l'était , mais nul ne pouvait le deviner , elle appartenait à l'Etat et se devait de rester impassible .
Elle prit audience auprès du Professeur Pouthsking, spécialiste des greffes sur animaux et spécimen rares.
Elle lui fit part de sa détermination pour sauver James de sa condition d'homme tronc .
Une greffe d'organes aurait lieu, et le Professeur serait chargé de la délicate intervention . Jamais cela n'avait été tenté et la survie de James Nexus Mac Grégory était des plus incertaines.
Le million de livres sterling promis au scientifique finit de le convaincre. Ses projets de recherches demeuraient jusqu'à lors lettre morte en l'absence de contribution financière suffisante. Si les greffes réussissaient une nouvelle Vie s'offrirait à lui.

La recherche d'organes disponibles fit l'objet d'un appel d'offres moyennant un dédommagement.
Monsieur M'Bouala Tomago se présenta le premier à l'hôpital pour proposer son phallus . Une aubaine pour la reine, Qui espérait secrètement que James l'envisage sous un jour nouveau .
En effet, l'homme avait auprès de la gente féminine une réputation internationale. Il était le king du sexe, le magicien de l'orgasme clitoridien, le seigneur des vagins.
Sa candidature fut validée par le service spécial et l'organe prélevé fut mis en sécurité .

Sir Grant Pearch, basketteur, proposa ses jambes. Il mesurait 2,15 m et la longueur de ses jambes était proportionnelle à la longueur du vit à greffer. L'harmonie serait parfaite.

Les organes furent envoyés par avion de chasse dans une base secrète .

Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Mer 2 Aoû - 14:01:23

(non non non je ne suis pas d'accord déjà la première fois tu m'as sorti un peeling de nulle part et là que ça recommence y a pas d'homme tronc tout est passé dans la panse des ours qui ont été désintégrés cramés semés dans l'océan mince tu fais suer !)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Mer 2 Aoû - 14:03:04

Non il meut jamais.
C'est le récit sans fin.
avatar
Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Points : 3365
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Mer 2 Aoû - 14:13:54

M'Boulua Tomago, né à Archangelsk d'un soldat angolais du MPLA et d'une samoyède baptisée, alliait la longiligne finesse de ses membres et visage émacié à la rotondité des doigts et de son membre viril, mais la particularité la plus manifeste était qu'il pouvait repousser à satiété, à tel point que depuis l'école primaire il en était à son nonante troisième bâton, et que ses collègues le surnommaient lézardtob.
Ce que les angliches ne savaient pas eux c'est que le phallus généreusement donné était infecté du bacille de coquelicot plutonique, et que le greffé attrapa en conséquence dans les 24 heures un rhume létal du cervelet central, non sans avoir refiler à la reine mère un torticolis mortel du sous-occipital arrière.

Alors le grand Marlboro Churchill décida de faire la paix, il prix un jet privé pour Moscow et de là gagna la datcha de Boris El Poutine pour baisser son froc. Bon prince le tsarévitch daigna le faire empaler en catimini par un cosaque syphilitique,
et Malbak s'en retourna de guerre lasse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Jeu 3 Aoû - 2:31:02

Bon j'ai vérifié : t'as inventé toutes les maladies.
Le rhume est un fake.
Bond n'est pas moooorrrt!
avatar
Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Points : 3365
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Jeu 3 Aoû - 9:28:21

Pall Mall Churchil n'arriva pas à dormir durant le voyage retour, son postérieur lui était inconfortable en quelconque position.
On le mit au vert dans les Grampians, à la discrétion de taiseux domestiques sourds-muets, et neuf semaines plus tard il accoucha par césarienne d'un joufflu bambin grandement vérolé qui prit le nom de baptême Winston Salem Lord of Warcraft.
Après des études à la va-vite j'te pousse en l'université de Saint Andrews upon dis chérie, section infirmières, et un stage ouvrier chez les cockneys, il fut présenté au peuple ce fils prodigue qui allait venger l'affront de la nation.
Elisabeth n'était plus, Victoria the third commandait désormais et elle n'était pas rombière à délaisser les rênes du pays pour des plugs ou des chibres fussent-il noirs africains, non, à dire vrai elle était asexuée et pourtant si prudente qu'elle s'était fait coudre les lèvres génitales et se mettait un bouchon rectal à toutes fins utiles.
Winston Salem dit au revoir à sa papa, vint se faire adouber par la reine, étudia soigneusement la mission qui lui était confiée, et parti en mission avec en amulette-sautoir un écrin contenant les cendres de feu James Mac Cartney.
Sa mission si vous l'acceptez : réduire la population de l'USSR à 200 âmes mortes.
Un faux passeport lui fut remis sous le prêt à porter nom de Tchitchikov Ras Putin de camion et on le parachuta par une venteuse nuit de novembre au-dessus du district de Toula.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Ven 4 Aoû - 11:01:08

Winston Salem Rasta Zaraï atterrit au milieu d'un bosquet de bouleau isolé et s'empêtra la toile.
Il parvint à se décrocher à l'aide de son laguiole en corne de bouc et tira l'aile du parachute pour la dissimuler cordages y compris dans un trou hâtivement creusé.
Ci-fait notre héros s'en alla bon train à travers les vastes champs, sous la nuit sans lune.
A l'aider de son compas gradué 6000 millièmes il se dirigea vers sa ligne de mire, un hameau à quelques encablures du bien nommé bourg de Borodinski, base du kvas qui prendra tellement d'importance par la suite. S'arrêtant non loin de la première isba, il s'apprêta à s'aménager sa couche lorsque il réalisa qu'il ne savait point le russe. A la haute école des langues orientales de Rugby Sussex, il avait certes assimilé le mordve, l'ingouche, l'abkhaze, l'ingrien, le svane, le selkoupe, le komi, le kabarde, le mingrélien, le chamalal, le kete, l'evenk, l'oroqen, et un peu d'oultche, mais on avait omis le russe, considérant qu'il ne fallait point s'embarrasser avec une future langue de deux cents âmes mortes.
Comprenant toute la difficulté de sa situation, Winston Salmanazar se prit la tête à deux mains à la recherche d'une inspiration. Elle ne fut pas longue à venir, car l'homme était un surdoué de 78 de qiqi. Il décida de façon nette et concise de se faire passer pour sourd-muet, voire pour un débile léger baragouinant son charabia, après tout les habitants du hameau étaient des gens simples qui ne se formaliseraient pas outre mesure.
Le lendemain au chant du coq il se composa une figure fruste et sommairement bestiale, et se dirigea d'un pas lourd vers le cœur de l'opulente agglomération, à savoir la place où l'on répandait le fumier. Chemin faisant, quelques gamins morveux le houspillèrent en lui jetant de vilaines caillasses, ce qu'il prit en riant bruyamment malgré son œil gauche crevé. Cette assurance  ou cette témérité idiote le fit aussitôt accepter par les moutards, qui l'escortèrent désormais avec respect jusqu'à la place Vendôme locale.
La présence de cet étranger au visage rubicond amena les habitants du village qui n'étaient point encore aux champs à venir y voir, manière de se divertir quoi, c'était pas tous les jours qu'on avait de la visite à Smetannikokov !
Winston y alla de son numéro mûrement réfléchi, se présentant la bouche ouverte sur ses grosses dents jaunes  face à ses hôtes rieurs, louchant et faisant des grimaces, baisant bruyamment le cou des jeunes filles et des matrones, et donnant de viriles accolades aux trapus gars du coin. S'étant mis tout le monde dans la poche sans autres paroles que des borborygmes et de gutturaux salam aleykum babek, on lui fit escorte jusqu'à la taverne du vieux Sacha l'obèse. Nous passerons la mémorable journée d'ivrognerie qui suivit, les villageois étant par un fait assez curieux oubliés des représentants locaux du selsoviet, et pas un n'était jamais allé pointé au kolkhoze voisin Youri Margarine, ce fut tout le hameau passé 5 piges qui ronflait à travers sentiers, ornières, et seuils d'isba, dans un relent de vodka tenace.
A force de ces heureuses journées de compagnonnage franc et débonnaire, notre ami acquit une réputation de sympathique camarade et lui-même pu enrichir ses gargarismes primaires de locutions du plus beau russe, à tel point qu'au bout de quelques mois de ce régime, accompagné de bortsch, de kavas et de sterlet les jours de bombance, il fut devenu un authentique et brave garçon russe, et se fiança sans tarder à la belle Natacha, une rouquine aux épaules carrées, des yeux verts dans un visage de brave paysanne, avec un je ne sais quoi de fou, une lueur parfois démente au fond des prunelles, mais c'était là pour qui se montrait observateur un caractère général à toute la population de Smetannikokov, gage de leur totale indépendance sans doute.
Il n'avait point oublier sa mission, Winston que ses amis appelaient désormais Tchitchi, mais à force de côtoyer ces braves et bonnes gens, il dut convenir qu'ils méritaient bien plus de vivre que ses soi-disant co-citoyens britanniques, et il changea ses plans. Il observait par ailleurs que s'il avait eu la chance de découvrir cet ilot de bonheur, le reste de l'union n'était que l'inepte tartufferie liberticide d'un régime tyrannique, un absurde machine administrative assassinant l'homme sous couvert d'un faux communisme.
Sa décision était faite.
Il allait t'éradiquer tout ça, pour ne laisser, purifié de tout constact malsain, que ce réel Tchevengour d'où rayonnerait une nouvelle harmonie terrestre.
Le stratagème était simple : laisser se répandre dans l'air, contaminant lieu après lieu, la poussière scrophulaptique charbonneuse dont une vieille baba yaga lui avait parlé, comme étant le fléau de l'homme blanc, maintenue cachée sous le tertre que l'on apercevait à quelques verstes du hameau, déposé là par un peuple antédiluvien comme outil purificateur s'il le fallait.
Tchithci n'était cependant point bête, il se savait blanc lui aussi, tout comme ses potos désormais à vie, il fallait donc de façon certaine trouver une astuce.
Elle était tellement évidente qu'il lui fallu la chercher longtemps : la solution était là devant lui, devant tout le monde, c'était le kvas béni qu'ils ingurgitaient quotidiennement.
Il fallait juste en augmenter encore et encore les doses de manière que l'eau de leur corps soit totalement kvassisée, qu'elle devienne kvas, et alors bien entendue la poussière punitive les effleurerait pas plus nocive qu'une douce brise. Le régime entrepris, on alla déterrer la poudre vengeresse, et le châtiment se répandit, dans l'oblast, dans la Russie, dans l'Europe orientale, centrale, occidentale, par-delà les mers, partout, pour exterminer ces blancs infâmes qui avaient empoisonné la planète.
Seuls survécurent les Caucasiens, aussi rudes que leur montagnes, sans autre explication scientifique, et les Berbères, plus rudes encore, à ne s'alimenter que de pierres. Ces derniers recolonisèrent d'ailleurs à la suite l'Europe, et un détachement de Numides des Monts Wicklow alla encadrer une troupe mongole longtemps après, pour franchir la muraille de Chine et briser les Hans, que Tchitchi avait oublié, pour cadenasser enfin ces monstrueux chinois aussi proliférents qu'avides consommateurs. Il en fut laissé quelques spécimens au zoo, et le monde ne s'en porta que mieux.
Mais ceci est une autre histoire.
Sachez seulement que Tchitchi et Natacha coulèrent des jours humides de joie de vivre, à Smetannikokov, des jours baignés de kvas et vodka, et que la petite communauté prospéra sans excès, sans foi ni loi ni tsar ni président, et que le seul regret que connut momentanément Tchitchi fut d'être le fils d'un anglais, mais cela sombra bientôt dans un puits obscur, une non vie qui n'avait jamais existée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Vive le Ven 4 Aoû - 11:26:36

Tout ça!
Mais il était mort non?
avatar
Vive
Admin
Admin

Messages : 2389
Points : 3365
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Invité le Ven 4 Aoû - 11:27:20

Qui ça donc ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Izo le Ven 4 Aoû - 11:42:10

Ben l'autre là.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit collectif

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum