Adultes Surdoués-Forum HELIOS (Hpi, Zèbres, hqi...)

Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 14:52:44

Démarre sur une boutade ce récit s'étoffe ( 10 000 mots à ce jour ), et j'aimerais bien que vous me disiez si il vaut le coup d'être prolongé ou pas et qu'elles sont ses faiblesses. Ne manquez pas d'être mordant je prendrai la chose positivement  Very Happy

Pour vous situer, l'histoire a lieu en URSS en 1947
L'idée : c'est l'histoire d'un homme qui ne veut pas s'alourdir d'un passé possiblement lourd. Notre homme ayant en effet involontairement tout effacé de sa mémoire. Il est seulement désireux de s'alléger pour s'élancer dans la vie vers ses hauteurs à l'image d'un arbre dont il emprunte d'ailleurs le nom.

Voici son histoire...


Dernière édition par Izo le Ven 21 Juil - 14:54:48, édité 1 fois
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 14:53:37


Elle est posée sur son lit, enfin en repos. Cabossée, rayée sur les côtés, elle en dit long sur ce qu'elle a subi pour parvenir jusqu'à ici. Tout comme le garçon qui y appose ses mains, elle n'est que cicatrices. Il reste interdit, happé par l'instant calme qu'il savoure enfin. Il n'ose pas encore déclencher l'ouverture de cette valise mal en point. Il craint que l'air emprisonné qu'elle renferme depuis son départ ne s'échappe et lui hôte tout moyen de se ressouvenir de sa vie d'avant. Comment ancrer tout cela maintenant dans cet endroit sec et froid ? Elle renferme encore tout ce qu'il possède et résume toute sa vie. Le vide est aussi précieux que le plein. Il ne voudrait pas en faire un déversoir de larmes qui commencent déjà à perler. Il serre le poing pour contrôler cette vague d'effroi qui le submerge encore une fois. Ne pas faillir en aucun cas. Tout à été mis en œuvre pour que cet instant ait la chance d'être et que lui même y participe. Il est vivant et c'est le principal.

Finalement non il ne l'ouvrira pas. Elle demeurera là comme une tombe, réceptacle de son passé défunt. Il doit se tracer une vie neuve et regarder l'horizon. Tous les siens n'ont plus de visage désormais pourquoi alors vouloir quêter ces mirages et sommer les corps évanouis de se réveiller? La mémoire ? Elle sera sienne. Elle réinventera ce passé mort. Elle polira les sillons et les peindra en blanc. Ce passé sera sa plage où il pourra aller quand l'humeur sera maussade, lui laissant la possibilité de se rasséréner. Chaque grain sera sa famille et il appréciera de s'y glisser comme dans un gant ami, familial et familier. Oui laissons cette valise là. Ses enfants l'ouvriront pour toucher les racines qu'elle héberge. Lui, c'est sa cime qu'il convoite. Il est temps d'agir. Agissons donc.

La question cruciale alors se pose. Que faire de ce corps volage, suspendu et sans attaches ? L'implanter ou alors préférer l'errance ? Ses mains ont déjà quitté la rugosité de la valise qui gît échouée sur un lit provisoire et palpent ce nouveau lieu comme en reconnaissance. Elles se posent sur son front chaud comme pour en mesurer l'étendue et augurer de la suite à donner. Il réfléchit. Il n'ose s'assoir car toute proximité avec cette valise lui paraît d'ores et déjà désagréable. Il décida donc de demeurer un homme debout. Il sentit ses assises s'affirmer en lui, les pieds fermes, le dos droit. Il prit donc en ces lieux inconnus sa plus belle résolution, celle de s'offrir ainsi au Monde qui l'a malmené. Oui il sera un homme debout quoi qu'il arrive. Devant lui, la fenêtre ouverte lui renvoie l'image d'un cèdre. Il rit et décide de se nommer ainsi Cèdre. Monsieur Cèdre. Il suffit pour aujourd'hui. Demain il lui faudra trouver son prénom.

La valise fut remisée et monsieur Cèdre se coucha la fenêtre ouverte sur son nouvel ami. Il s'endormit vite et rêva promptement. Un rêve compliqué, où la lumière croisait le fer avec la nuit. Celle-ci ne rétrocédait rien et finissait par tout englober y compris notre indolent rêveur. Il ne fut pas sensible à ces étranges visions obscures qui l'environnaient au point de définitivement masquer son nouvel ami. A l'aube il fut cependant heureux de retrouver son arbre inchangé. Il décida d'enterrer la valise à ses pieds. Il descendit au réfectoire pour s'alimenter. C'est ainsi qu'il envisageait tout repas. Non comme un moment privilégié, mais comme une nécessité vitale à accomplir, après tout n'était-il pas un homo faber ?
Il descendit les escaliers brunis par la saleté et l'usure. Il n'osait toucher la rampe or sa faiblesse le faisait chanceler. La porte enfin et les odeurs. Une main saisit son bras et une voix atteignit ses oreilles. "Ca va ?".
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Invité le Ven 21 Juil - 16:11:40

J'aime beaucoup Izo.
Ajoute des bouleaux, des lilas sous la neige, des chaussures de tille et des samovars et ce sera parfait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 16:28:25

Merci c'est moi je vais considérer utilement ton conseil .

La suite en entendant que je sème ici pas trop brutalement:

Il vit une main, gracile, les doigts filiformes terminés par des ongles rongés. Délicatement posée sur son avant à peine la sentait-il. Il ne put lever davantage son regard. Il défaillait. "Ola " fit encore cette voix, "veuillez vous asseoir là". Il fut mis assis avec douceur. L'odeur des cuisines l'envahissait et renforçait ce désagréable tournis qu'il ne pouvait chasser. Puis soudain face à lui apparut un visage, doux, placide avec des yeux bleus tendres délicieusement posés sur les siens. Il sourit. Elle sourit. "Et bien votre pâleur est effrayante à voir". Il bredouilla un remerciement et ne put quitter des yeux ce visage miraculeux. "Restez encore, ne bougez pas" dit encore cette voix et plus forte encore elle quémanda un morceau de sucre. Il sentit toute une agitation s'afférer autour de sa personne, une houle oppressante le brusquer presque et soudain entre ses lèvres ce qu'il crut un baiser. Un baiser sucré, fondant qui le fit reparaître dans le monde des vivants. Chaque grain de sucre mordillé contre son palais sec le fortifiait et lui donna la force nécessaire pour bien contempler son sauveur.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Invité le Ven 21 Juil - 16:55:01

sur son avant-bras non ?
On dit sa sauveuse en français féminisé.
Et pis des ongles rongés nan nan tu peux pas c'est trop moche à la limite mets ongles coupés court stp, sinon je lis plus la suite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:11:18

Bras oui.
J'ai du mal avec la féminisation des noms.
Rongés je garde car coupés supposé un soin qui me semble inapproprié ici tu vas vite comprendre pourquoi.
Merci pour tes judocieuses remarques.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:14:57

Elle était menue, malingre voire aussi fragile que lui. Sur son avant bas dénudé il crut distinguer des marques noires, il força sa concentration un peu en tremblant de peur de voir sa crainte se confirmer. Et il lut en effet maladroitement rangés les uns à coté des autres cinq grossiers numéros. Ils étaient criards sur cette petite peau blanche et innocente. Dans sa bouche, le sucre blanc devint noir. La voix , sa voix à elle le captura encore comme pour le ramener sur la bonne rive, celle des vivants, des gens debout. Il se leva, elle se leva également et furent proches de cette proximité douce et légère. Ils se prirent la main et regagnèrent le réfectoire.

Le brouhaha attendu, anticipé et paré ne sauta pas à son visage, au contraire, devant eux deux longues rangées de tables accueillaient des êtres émaciés animés d'un mouvement étudié, précautionneux et faiblement cadencé, un va et vient lent entre leur bouche sèche et les assiettes pleines d'une appétissante nourriture. Monsieur Cèdre reçut pour une fois avec plaisir le tintement métallique des couverts entre eux, il savourait l'entrechoquement délicat de la cuillère avec le récipient en faïence dont la forme épurée suggérait déjà la saveur des aliments accueillis en son sein. Sans lâcher la main de sa nouvelle amie il avisa deux places et s'installa en prenant soin de soulever les chaises lourdes et grossières pour ne pas déranger les convives. Ces derniers étaient de toute façon comme religieusement occupés à manger, mastiquant avec soin et minutie les mets dont l'accès avait été jusqu'alors impossible voire impensable. La rondeur et la blancheur d'un petit pain posé là lui ouvrit l'appétit. Il lâcha la main qu'il tenait.

"Bon appétit ! " lui souffla la belle voix. Cette invitation pourtant bénigne et courante souleva en lui une grande émotion. Cette expression toute simple lui signifiait enfin le retour à une vie normale. Il reprit tout son esprit et sentir tout son corps se remplir de lui. "Bon appétit aussi" articula t il avec sincérité. Il saisit la cuillère de façon malhabile comme pris au dépourvu par cet outil dont il avait été tant privé et la plongea dans cette soupe tout aussi espérée et plus d'une fois rêvée tandis qu'il errait sur les terres vierges de tout y compris d'humanité.

"Ton nom ? - quel est ton nom, moi c'est Anna Eyquemski " rapidement il s'entendit répondre : "Saul Cèdre, je me nomme Saul Cèdre". Il avait en un clin d'œil planté un saule à côté de son Cèdre. Ce nouveau prénom lui était donc tombé dessus sans crier garde et se signifiait aussitôt sans détour. Son verbe était déjà action. Il fut heureux de ce choix et se mit à rire. "Quel drôle de nom en effet ! Il sonne comme une gamme musicale ! " - "tu es musicienne ?" Demande-t-il, sa timidité coutumière s'était envolée. Il ne se reconnut pas. Il commençait à s'éloigner de ce garçon moribond recueilli dans la neige et transporté ici dans cet hôpital censé remettre sur pied les âmes errantes comme il s'intitulait alors.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Invité le Ven 21 Juil - 17:17:51

(Oui mais moi je suis moi lorsque je lis et lis ensuite yeux bleus tendres délicieusement posés, visage miraculeux, ça m'est impossible, si le visage se prolonge par ongles malmenés, j'y arrive pas, comment je fais ?!!!)

Bon d'accord aller je me tais

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:21:24

Dans un tel contexte je me vois mal insérer une Barbie, puis j'aime le défaut qui tue Smile
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:21:44

Continue stp.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:22:23

Anna réfléchissait car la question qu'il lui posait remuait en elle des pelles de terres qui lui paraissait impossible de soulever encore. Elle demeura donc silencieuse et ce silence lui seyait bien. La lumière de ce petit matin estival s'allongeait sur tout son visage et elle se gardait de grimacier trop heureuse de ce petit bout de chaleur ainsi répandu sur elle. Son cou gracile supportait une tête harmonieuse dont le port avait belle allure. Ses yeux bleus en amende encadraient un nez fin qui pointait avec douceur sur des lèvres également fines et joliment bourrelées. En dépit de sa maigreur extrême, un sourire parvenait à creuser ces deux petites marques enfantines sur ses joues qu'il est agréable et apaisant de voir se dessiner sur un visage lui conférant pour le coup un abord amical. Le corps disait ses combats menés jusqu'alors mais pouvait promettre un aspect plus solide et avenant. "Que suis-je vraiment ? Je ne le sais pas, jusqu'à présent j'ai passé mon temps à sauver ma peau, juste elle, sans pouvoir m'occuper de ce qu'elle protège. Je suis donc une coquille vide".

Il en fut tout retourné. Il ne s'attendait pas à une telle révélation, énoncée aussi simplement que cela, entre deux bouchées de marmelade. Son visage s'empourpra, non de colère mais parce que mis à nu par une inconnue. Le voyant réagir ainsi, elle émit un petit rire. "Pardon si je te choque, je dois apprendre à ne plus être aussi directe. Il est fini ce temps où le temps me paraissait compter me commandant donc de l'utiliser à bon escient sans le gaspiller." Il hocha la tête et lui saisit les deux mains. Ému il y déposa un baiser. Elle les retira aussitôt et déclara à brûle-pourpoint devoir se retirer. Cette attitude le ravit, elle confirmait sa réelle entrée dans le Monde des vivants avec son cortège de feintes et de règles singulières supposées réguler les êtres entre eux. Désormais, une autre bataille se rivait en lui en laquelle se mêlait une sensation jusqu'alors cruellement absente et pourtant essentielle : le désir.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:24:20

Seul il prit soin de continuer à bien manger et pris une autre résolution décisive. Il irait voir le docteur Serenov. Il lui fallait donc revenir sur son point de départ, le pont A, la où il avait passé près de six moins entre la mort et la vie d'abord et entre la presque vie et la vie ensuite. Ce point était à l'opposé de là où il se trouvait à présent, sorte de point B sur cette droite de vie qu'il souhaitait tracer dormais à sa faveur. L'hôpital dont il ne connaissait pas le nom occupait tout l'espace précisément entre ces deux points extrêmes comme l'envergure d'un avion ou mieux encore, les ailes déployées d'un oiseau prêt à s'envoler. Cette image le rassura sur son dessein. En remerciement, comme il aimait approcher toute chose selon son nom il alla vite quémander le nom de son hôte. Il se tourna donc vers le premier quidam qu'il croisa dans ces escaliers infâmes. Celui ci sans sourire et sans un regard lâcha ce nom étrange et étranger : Tchernychevski.

Ce fut comme si une mouche le piquait, Il lui fallait sur le champ lever ce mystère et découvrir qui était ce Techernychevski avant même d'aller voir Senerov. Il trouverait bien une bibliothèque ou quelque chose de ressemblant par ici. Pouvait-il seulement quitter ce lieu ? Il avait soif d'être et n'en pouvait plus de demeurer un "non esse", il souhaitait se remplir de toute chose et se nourrir de tout être. Cette faim le tenaillait autant que celle qui enserrait jadis ses entrailles. Elle se heurtait à ce qui caractérisait sa contention d'esprit qu'il avait patiemment bâti le temps de se sécuriser lui même, misant toute son énergie à sauver sa peau exactement comme l'avait si justement formulé Anna Eyquemski. Ses mots psalmodiaient en lui avec force à la manière d'une antienne. Il lui fallait savoir et rien ne semblait pouvoir faire obstacle à ce désir venu se greffer sur le premier qui lui était venu et qui visait Anna en personne. Il sentit son coeur tourneviré par un commencement d'ivresse. Ses pas se firent plus vifs et sûrs. Il allait savoir, donner corps non plus seulement au présent mais aussi au futur, voire mieux, à son futur.

La ville lui parut blanche et nue. Les gens opalescents paraissaient la traverser. Ses sens cependant recevaient des signaux de vie parvenus de mots prononcés ça et là, de paroles vives échangées entre les passants. Un enfant le frôla. Ce contact le statufia sur le champ. Il était comme une feuille froissée et son flanc lui faisait mal. Il se retourna et vit l'enfant revenir vers lui "je vous ai fais mal ? Je cherche ma balle". "Je cherche une bibliothèque" lui répondit-il au tac au tac. Un bras emmailloté et menu obliqua vers lui et une main toute aussi blanche sortant d'une petite chemise brune lui désigna une bâtisse aux allures austères. "Elle est là". Saul se tenant le flanc se ploya vers l'enfant et doucement lui murmura un merci.
Il s'avança vers l'imposant édifice et y entra le poing serré sur ses côtés endolories.

Une alcôve remplie de livres le reçut. Immense elle se déployait tout autour de lui sans outrageusement l'enceindre. Les rayonnages en bois courraient en d'infinis méandres, offrant les petits et grands blocs de volumes joliment reliés dans un alignement ordonné et impeccable. Le plafond s'ouvrait sur une voûte nervurée de plâtre. Au sol, ses pas résonnaient fort sur un plancher vétuste qui ne manquait pas de couiner comme un vieil arbre sur le déclin. Tout cela lui parut à la fois imposant et fragile. Il avisa une forme humaine qui semblait s'agiter derrière un bureau avec force et détermination.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 17:25:20

Ladite forme s'exténuait après une caisse en bois qui refusait de s'ouvrir. Les jurons fusaient. monsieur Cèdre fit une tentative "je peux vous aider ? " un oui retentit et fit pivoter son auteur. Celui-ci était finalement une femme. Forte, mais belle, les cheveux noués et relevés rehaussaient un visage doux et avenant ou peinait à se fixer un sourire. Une larme luisait. "J'ai mal au dos" "et moi à ma côte". Ils se regardèrent comme dépités et soudain ce fut le fou rire.

Un marteau bien à propos eut raison de la caisse récalcitrante, désormais ouverte sur un empilement désordonné de livres neufs. Un petit cri de joie accueillit cette délivrance suivi d'un vif "que puis-je faire pour vous remercier ?". Saul lui tendit un petit bout de papier sur lequel il avait noté le mystérieux nom : Tchernychevski.
-"Je recherche des informations à son sujet".
"Vous venez de l'hôpital ?" La réponse sautait aux yeux, il acquiesça.
"Je crois avoir ce qu'il vous faut, je reviens".
Elle le quitta pour disparaître derrière une petite porte pour revenir presque aussitôt un paquet dans la main. "Tenez c'est pour vous, son livre majeur intitulé que faire ?, c'est cadeau !". Il ne voulut pas, elle insista, il lui demanda pourquoi, elle répondit qu'elle ne devait parfois rien justifier, il lui demanda son prénom, elle répondit Vera. Il épingla ce prénom dans son ciel à lui, dans son univers, sa constellation.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Invité le Ven 21 Juil - 17:52:38

Je te passe quelques fautes d'"inconcentration" :

Ses yeux bleus en amende    amande(s)

Il lui fallait sur le champ lever ce mystère  i minuscule

qui était ce Techernychevski  pas de e

de mots prononcés ça et là   çà

Des majuscules manquantes au début de phrases (dialogues notamment, je le signale puisque tu en mets parfois)
"je vous ai fais mal ?
monsieur Cèdre fit une tentative
"je peux vous aider ? "
(virgule) "et moi à ma côte"
"que puis-je faire pour vous remercier ?"
aussi intitulé que faire ?,  (titre majuscule non ?)

Les rayonnages en bois courraient   un seul r

J'ai vu un où de lieu auquel il manquait l'accent ne le retrouve plus


Aussi d'aucuns diraient qu'il manquent de la ponctuation, virgules, moi ne me gêne pas.


Bon désolé pour ces remarques inconstructives, c'est parce que sinon je lis surpris et esbaubi,
après mes goûts de chiotte de femmelette à l'eau de rose aime bien quand il y a plus que trop d'adjectifs et de descriptions paysagesques, humaines, de sensations, d'autant qu'ils sont utilisés de manière inattendue ou de façon non orthodoxe, mais tu en uses pas mal déjà.

Voili voilou sur ce bon week-end je n'ai alors plus internet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Ven 21 Juil - 22:43:50

Merci merci pour ces précieuses remontées.

Voici la suite :


Il voulait les voir briller de tous leurs feux, ces êtres ainsi croisés dans sa vie neuve. Il en était convaincu, pour que les êtres apparaissent il fallait les nommer. Il la remercia et lui promit de revenir. Elle rit de bon coeur et se quittèrent ainsi dans cette humeur joyeuse.

Dehors la pluie battait son pain, malgré tout il défit le paquet pour y lire le titre. Que faire ? Cette question était comme une sommation. Elle le cloua sur place. Une angoisse sourde monta en lui pour l'empoigner a la gorge. Il suffoqua. Un enfant, celui la qui cherchait sa balle lui tapotât l'épaule :
-" vous souffrez toujours ?"
Ca va aller petit bonhomme, je te remercie de ta sollicitude, comment t'appelles-tu ?
Pourquoi savoir mon nom ?
Pour l'accrocher sur mon ciel étoilé".

L'enfant haussa les épaules et lâcha un Victor rocailleux. Il prit la poudre d'escampette. "À bientôt Victor !" Lui cria Saul qui se hâta de rentrer.

La porte fermée il se jeta sur son lit avec le livre et commença à le lire. Celui-ci lui tomba des mains quelques secondes plus tard. La seconde phrase lui fit l'effet d'un couperet. Elle narrait la mésaventure d', "un monsieur nanti d'une valise" qui partait "pour ne plus revenir". Il avait l'impression de retourner à la case de départ, celle la honnie et se revoyait soudain dans les mâchoires de cette neige, grelottant et pris de délires. Un frisson de rappel le couvrit de la tête aux pieds. Il jeta le livre et décida de se réchauffer au contact des autres dont Anna au réfectoire. Il ne voulait plus avoir froid, plus jamais.

L'escalier insalubre fut traversé sans encombre et Saul huma les odeurs aigres qui parvenaient des cuisines. Il lui fallait une consolation. Il chercha Anna parmi toutes ces petites formes gentiment alignées devant leurs assiettes luisantes de soupe. Une chevelure familière attira son regard et signa sa victoire. Il se hâta de la rejoindre. Il avisa une chaise libre à proximité et s'installa. Leurs yeux se croisèrent et se sourient.

- "Vous avez encore une mine déplorable"
- C'est à cause de Tchernychevki.
- Vous avez croisé son fantôme ?

Sans pouvoir s'en empêcher il s'empressa de tout lui raconter jusqu'à ces mots la qui l'avaient touché au coeur. Il se sentait désorienté à présent.
- j'ai l'impression de vivre mon histoire et de la regarder vivre aussi. Tout me relie à ce que je suis en train de devenir.
- c'est normal vous êtes à l'affût en toute chose et en tout lieu et auprès de tout être manifestement. Ce sont vos yeux qui me le disent. Ils flamboient de faim et de soif. Ils nous hurlent votre faim de Vie. Vous devriez commencer par bien vous nourrir au lieu de chipoter votre assiette comme vous le faites actuellement."


Elle avait raison, mens sana in corpore sano . Un programme de réfection physique s'imposait afin de lui redonner corps et de simultanément s'occuper du contenant et du contenu. L'arc et la corde devaient être solides et ne faire qu'un. Sans se fatiguer il devait soumettre son corps malingre et anémié à une résurrection progressive et bienfaitrice. Il en parlerait à Serenov. -"J'étais une musicienne, ou ambitionnais de le devenir;" Cette confession lui fit s'abandonner pour s'ancrer aux paroles d'Anna. Il frémit car la voix reçue perçait d'effroi. Etait-il prêt à entendre la suite ? Il prit sur lui et du regard, encouragea Anna à se confier davantage.

Elle posa sa fourchette délicatement comme pour une confidence longue et coûteuse. Elle joignit ses mains longilignes devant sa bouche, mordit ses lèvres avant de dire exactement ceci, mots pour mots avec entre eux quelques petits souffles comme pour se convaincre de continuer encore tant ce qu'elle disait lui pesait. Son récit démarra devant un piano sur lequel elle éludait la question du poids des doigts dans l'effleurement des touches : celles-ci devaient être superficiellement touchées sans pesanteur pour évoquer cette légèreté que réclame ce mouvement délicat qui débute l'offrande musicale de Bach. Une fugue qui entremêle des voix s'interpellant et se répondant tour à tour. Un canon qui évoque un thème circulaire avec des inversions subtiles. Anna aimait la circularité et la récurrence musicale. Aussi cherchait elle une approche donnant l'impression de sortir chaque note d'un écrin de soie pour l'enrouler autour d'un rythme d'une logique sans fin. Ce thème royal se déroulait tandis que dehors tonnaient la guerre et la violence. Une violence inouïe qui visait des civils qu'on débusquait pour les jeter dans des camions bâchés sous la huée d'autres civiles complices. Cela se passait à Cracovie où Anna étudiait la musique au conservatoire. Faisant fi du danger, elle se risquait à rejoindre la salle de concert pour y retourner son ami fidèle, un piano droit adossé contre un mur délabré qu'elle scrutait tandis qu'elle se concentrait se donnant toute entière à ce flot musical sorti de ses doigts.

Les ordres donnés en allemand et le fracas extérieur ne l'atteignirent pas. Elle demeurait comme enclose dans une sphère musicale et sentait ses nerfs se dénouer pour délivrer cette vibration soutenue et modulée suivant un entrelacement complexe et jouissif. Elle ne perçut pas cette chasse sauvage qui poursuivait jusqu'aux moindres recoins l'homme, une femme, un enfant. Ces derniers s'offrant la peur plantée en eux comme une moisson fraîche. Ce fut une main qui brutalement l'arracha au piano, les mains, les siennes soudain en arrêt et en retrait au dessus du clavier laissèrent s’échapper un accord crissant, dissonant et désagréable. Puis une douleur aiguë au niveau des cheveux. Elle fut traînée comme un sac et jeté tout autant avec les autres dans un camion sentant le fer et la rouille . Elle ne put achever cette boucle étrange dont elle avait trouvé le dessin et le dessein. L'ordre inscrit sur la page de garde de la partition "Quaervendo convenients" cherchez et vous trouverez semblait se résoudre enfin sous ses doigts habiles qu'elle regardait à présent comme un fardeau. "A cet instant la musique ne m'a pas sauvée, bien au contraire".

"Tu n'as rien entendu vraiment, tu n'as pas senti le danger s'approcher ?" Demanda un voisin de table. Anna se tourna vers lui retira ses mains de devant ses lèvres et les posa sur la table à côté des couverts. La réponse les concernait c'était comme si elle leur parlait. "Le bruit qu'elles produisaient mangeait tout dont moi. J'étais soulevée de terre, en suspension au dessus du clavier, détachée et effacée. Je n'étais plus Anna mais Bach en devenir que je cherchais dans la profondeur des notes transcrites sur la partition. Une fois dans le camion je ne me suis même pas ressaisie étant comme en état de choc, trempée de sueur tellement cette brutalité entre cette douceur retrouvée sous mes doigts et cette violence ressentie tout autour de ma peau n'avait admis en ce qui me concerne aucune transition. C'était comme déverser ma personne du paradis dans l'enfer. J'ai sombré alors dans un crépuscule permanent dont je voudrais à présent sortir".



avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Sam 22 Juil - 13:37:23

Un silence s'abattit que personne n'osa rompre, y compris le voisin de table qui regardait Saul avec compassion. Reprendre pied dans le monde réel était l'objectif officiel de chacun ici, même si cette injonction leur paraissait abjecte car pourquoi fouler à nouveau cette terre remplie d'êtres malfaisants ? C'était ces gens qu'il fallait soigner pas eux. Eux n'avaient rien fait de mal. Ils n'avaient fait que se sauver et survivre dans un espace temps gagné par la folie et le meurtre. En fait personne ne souhaitait reprendre pied, ils voulaient juste fuir encore et voguer sur cette fugue née sous les doigts d'Anna. Leurs blessures resteraient à vif pour toujours. Aucun pansement ne pourrait effacer ces cinq chiffres là résident à vie sur leur peau nue. Saul soudain se sentit exclu. Sa constellation se fragmentait.

Pourtant cette idée lui vint. Anna ne devait pas encore abdiquer et si elle ne pouvait revenir dans ce monde là qui les entourait, autant revenir dans celui fait de sons somptueux, composé de vibrations et d'intonation exempts de danger. La musique résidait partout y compris là où il n'y a pas de musique. Il suffisait de briser sa coquille pour la délivrer. Anna avait vu faux, elle n'était pas une coquille vide, mais une conque en laquelle tous les sons se concentraient prompts à être propulsés alentour.
De la même manière il recréait sa personne, elle devait recréer sa musique et donc apposer sa touche sur une portée et assembler cette pureté sur une partition afin de donner à ce Monde fou une mesure amicale et aimante de l'humanité, un tempo moins brutal et plus velouté.

Mais l'instant ne valait pas cette idée qui devait donc rester en lui pour une énonciation ultérieure. Il sourit car il adjoignit à Saul un autre prénom : Gabriel qui lui plut aussitôt. Il décida de nommer ainsi son coeur. Celui ci le sommait de ne rien dire car une forte émotion planait autour de la tablée silencieuse. Anna les mains à plat sur la table n'était plus là, partie dans ce camion malodorant. Il lui fallait la récupérer, mieux la cueillir avec soin, comme une rose. Alors doucement ses mains glissèrent sous celles là inertes d'Anna pour les soulever et les inviter à regagner le présent.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Sam 22 Juil - 13:38:25

Épuisé Cèdre alla se coucher, ramena sa couverture sur lui et sombra dans sa nuit avec ses étoiles, sans se douter que la journée en lui s'amassant allait se jeter sur lui dans un entrelacs de rêves confus. Il vit ainsi des tâches rouges entrevues entre des doigts hâtivement apposés sur ses yeux pour le soustraire de visions qu'il devinait incommodants et incroyables. Rêvant il aperçut en effet un pied, une main, un corps et son effroi grandit en reconnaissant dans cette chair déformée et presque calcinée sa propre enveloppe. Etendu sur les gravats, il se reconnut. A cette vue, Le cri qu'il lança ne le réveilla même pas, restant dans le moulage de ce rêve fou. Suffocant il dut subir encore une fois cette effroyable vision dont la netteté l'estomaquait au point de lui ôter tout repère. Il ne sut plus ni l'année ni le jour et il lui sembla nécessaire de tout recommencer. Cette désagréable sensation persista au réveil. Il chercha son nom et reçut en échange une musique qu'il reconnut aussitôt : l'offrande musicale de Bach. Ses premières mesures qu'il ignorait connaître s'en venaient vers lui en ami. Il vit même un clavier et les touches soudain s'enfoncer sous ses yeux. Devenait il fou ? Qui était il ? Ou est Cèdre ? Ou se cache Saul Gabriel Cèdre ? Il cria enfin comme un nourrisson.

Il se réveilla définitivement se leva et considéra sa chambre. Elle était son antre. Tout était silencieux, la lampe de chevet peinait à illuminer la pièce toute entière tant elle était vieille et de mauvaise qualité, en son centre un peu décalé sur la droite, trônait son lit en fer blanc qui grinçait au moindre mouvement. Plus à sa droite se dressait une chaise en paille usagée suffisante pour accueillir ses vêtements qui pendaient comme morts. Levant les yeux, il aperçut son arbre dont l’ombre immobile se balançait légèrement en face de lui, visible à tout moment, la fenêtre restant toujours ouverte. Sur une étagère bancale fixée au mur, gisait sa valise qui nuitamment lui soufflait ces choses étranges. Le trouble reparut et le chagrina. Ce contraste nuit, jour le dérangeait fortement. Le jour en effet le livrait au Monde, à ses petites joies et ses grandes torpeurs tandis que la nuit réveillait et agitait sous ses yeux d’impossibles démons. Ce désagrément léger au début, semblait aller en s’aggravent, augmentant en intensité. Il se sentait de jour en jour comme écartelé entre deux pôles, entre deux mondes, celui que lui désignait le jour et l’autre malfaisant donné à voir la nuit dans une confusion totale. Il était à la fois comme mort et vif. Était-ce lui gisant ainsi sur cette terre battue, la tête en sang et les organes éclatés ? Ses entrailles répondaient oui alors que son esprit s'arc-boutait, rechignait à le donner pour mort lui qui avait survécu. Un voile l'environnait qui lui obstruait la vue et l'horizon, celle là justement nécessaire et vitale pour bien avancer. Tôt ce matin il irait converser avec Serenov. Lui, avait l’oreille qu’il fallait pour entendre ces faits a priori irrationnels sans compter qu’il accéderait peut être à sa demande fusse-t-elle folle.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Invité le Lun 24 Juil - 8:32:11

vision incommodantes
vers lui en amies

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 10:30:57

En attendant il devait occuper son esprit et pour une première fois « passer le temps ». Il sourit à cette pensée car elle lui indiquait qu'il avait effectivement repris le chemin de la vie courante. L'instant quittait ce trait impérieux et précieux qu'il arborait jusqu'alors pour s'alléger et gagner en futilité. Ce revirement le rassurait quelque peu. Il décida donc de "vaquer" et s'empara du roman de Tchernychevski pour poursuivre cette découverte hâtivement avortée, il le reconnu, sous le coup d'une émotion exagérée à son goût. Il regarda le bord racorni du livre, blessure infligée à la suite de ce mauvais geste qu'il avait eu à son égard et se méprisa. Il pensa à Vera, se souvint de son rire rauque et long et revit sa main lui faisant offrande de ce livre "fameux". Ce bien était un bienfait qu'il devait serrer contre son coeur pour s'en nourrir et non le rejeter sans raison valable. Il ne devait en aucun cas s'effrayer des mots qu'il logeait, bien au contraire. Disposé à aller loin, il ouvrit le livre et laissa ses yeux ainsi que son esprit se déformer à son contact.

Le livre le rasséréna et sa tournure à la fois finie et infinie lui plut. Le récit à l’allure alerte était immédiatement suivi sur un niveau toutefois supérieur d’un chapitre relatant les impressions et intentions premières du supposé auteur. L'imaginaire et la réalité se croisaient. La narration s'enchaînait et s’offrait selon un lien subtil, racontant et se racontant après coup à la manière d'un canon à deux voix qui lui rappela rapidement l'offrande musicale de Bach. À ce propos, Cèdre  se rendit compte que l'objet qu'il soupesait de ses mains résultait aussi d'une offrande non seulement littérale mais également littéraire. Ce livre était il une fugue ? Cèdre se faisait-il l'écho d'un canon à deux voix : celle-là sienne et celle-ci nichée, voire profondément dissimulée de lui à peine autorisée à émerger à la nuit tombée et seulement dans ses rêves ? C'est alors que survint cette chose étrange qui se formula en lui dans une langue inconnue : un poème venu de ses limbes et qui affleura à ses lèvres pour y mourir en mots exprimés avec clarté dans cette chambre quasi nue où il faisait semblant de vivre :
" En une nuit obscure ,
d'anxieuses amours embrasées.
Oh l'heureuse fortune,
je sortis sans être remarquée.
Ma maison étant déjà en repos".

Ce message tombé comme une pluie et dépourvu de messager culminait en lui. Il désirait maintenant en savoir plus. D’abord, il fallait absolument nommer ce messager capable d’engendrer une telle eau forte faite de mots, si parfaitement adaptés en structure et en énoncé à ce qu’il ressentait dans ses profondeurs et qu’il ne pouvait sonder, mais dont un accès avait été ouvert à cet instant par la magie de cette poésie si claire et clairvoyante. C’était une brèche par où passait en effet une eau transparente qui reflétait avec simplicité cet état indicible qu’il pressentait vrai. Cèdre, en collectionneur chevronné de noms prit une résolution. Il irait à la bibliothèque voir Vera pour donner un nom à ce mystérieux poète ainsi insidieusement venu à lui et éventuellement lever le voile sur cette étrange et mystique énonciation. Il était persuadé et savait même désormais que logeait en lui deux êtres, un être désireux d’accéder aux fruits de la Vie dont il avait été jusqu’a présent soustrait voire privé et un autre qui le tirait en arrière, tapi dans les coulisses de cette existence antérieure noire dont il ne voulait voir aucun trait.

Pouvait-on bonnement et bien vivre tout en s’affranchissant de son passé ? Telle était sa question dont la réponse allait tout conditionner, lui et le monde environnant. A cet instant, il était donc ce jardinier qui le sécateur à la main hésitait à trancher les racines de cet arbre tout fraîchement planté. Il craignait avoir mal et faire mal. Par ce geste il allait renvoyer définitivement au néant une myriade d’êtres qui s’étaient jusqu’alors échinés à subsister au mieux pour que l’ultime ramification qu’il incarnait puisse respirer et grandir. Ce n’était donc pas un combat entre les forces du bien et du mal, mais juste une lutte interne qui opposait la perpétuation de la lignée inconnue de lui apparemment chargée d’heures sombres et lui qui était avide de s’expérimenter dans la vie, qui ne l’avait pas épargné jusqu’alors.

A priori, être un nouveau né orphelin ne l’embarrassait pour le moment pas. Fort de ce sentiment, il éteignit la lumière et s'endormit. Aucun rêve ne vint briser cette ligne de Vie qu'il venait de tracer pour son précieux lendemain.

La grande porte ferrée lui résistait. Il avait beau empoigner fermement les poignets de bronze et les forcer de toute sa puissance elle ne bougeait d’un iota. Il commençait à ruisseler de sueur quand une voix à ses côtés lui dit simplement : « On est dimanche ». Il baissa la tête et laissa prendre ses bras fatigués. « On est dimanche » répéta la voix. Dimanche, mot sorti d’un cimetière, dont il n’avait entendu l’intonation depuis des lunes.

« Dimanche ?
Oui, donc la bibliothèque est fermée ». Ce fut la voix qu’il reconnut et le visage ensuite. Victor de ses yeux moqueurs face à lui, le fixait en souriant, les mains habilement occupées à faire virevolter un ballon jaune.
Vous êtes toujours blessé ?
Non, répondit Cèdre.
Alors ça vous dirait de faire une partie de football avec nous ?
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 13:01:02


Football, autre mot venu saluer son confrère ressuscité. Se souvenait il des règles ? Son corps saurait-il jongler avec cet espace étendu tout en se mouvant sans la prévenance qu’il avait pris l'habitude d’appliquer à chacun de ses mouvements ? Ce pari le tentait, il accepta. D’autres garçons du même âge que Victor firent cercle autour de lui et lui tapotèrent l’épaule en signe d’intégration dans leur nouvelle équipe. Un grand blond prit ses dispositions et composa son équipe tandis que Victor et les siens commençaient à se déployer sur la grande place. Cèdre, fidèle à son précepte demanda le nom de son capitaine. « Andrei » lui répondit le garçon aux cheveux d’or.

La balle vola haut dans le ciel et les joueurs aussitôt se lancèrent à sa poursuite. Andrei la rattrapa avec adresse et la fit passer à sa droite à un dénommé Anton qui s’agitait comme un diable, jouant du coude et du pied. Les foulées soulevaient une fine poussière qui fit tousser Cèdre. Le souffle court il peinait à suivre la cadence mais éprouvait une grande félicité à sentir son corps se délier au fil des pas. Il aima entremêler sa poussière à celle des autres. Bientôt il intercepta une balle. Des cris d’excitation explosèrent. Il sentait des formes le frôler et ce contact jadis redouté lui plut. Il gouta la saveur nouvelle de ce mouvement collectif qui le transportait vers cette balle qui roulait de pieds en pieds. Il se sentit jeune et fringant. Il faillit marquer un but. Ses côtes ne le faisaient plus souffrir et son souffle reconquérait ses droits. Plus léger il entra dans le jeu et en prit le commandement. Victor riait de satisfaction et Anton trépignait d’impatience. Les « ici ! » et les « là ! », surgissaient de toutes part, quand il se retourna vers l’un d’eux il n’en crut pas ses yeux. Un garçon courant tout près le sommait de lui faire une passe, sauf que son visage, ses traits et son corps le reproduisaient exactement. Même corpulence, même maigreur, dessin du visage comme moulé sur le sien, façon semblable de bouger y compris cette maladresse toutefois cadrée. Il jouait à côté de son miroir et courait à côté de lui même ! En beaucoup plus jeune certes, mais sans aucun doute identique. « Donne Joachim, donne ! ».
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 13:03:23

Cette apostrophe le cloua sur place. Haletant, oppressé il sentit la place tournoyer tout autour de lui. Il eu le vertige. Il écarta les bras comme pour palper l’air ambiant et s’assurer de sa réalité. Victor passant en trombe devant lui, le taquina « alors on déclare forfait ? ». Cèdre ne l’entendit même pas, obnubilé par cette voix claire, cette supplique entendue tout près. Il avait reconnu ce regard suppliant, semblable à celui qu’il avait toujours connu jadis et qui gravé en lui renaissait ce jour. Une clé oubliée venait le narguer, avec dans ses crocs, le pouvoir d’ouvrir tout un pan de son passé. Le corps me ment jamais. Il le savait et si la tête refusait de pénétrer dans ce territoire ancien et refoulé, le corps enfin délié s’en chargeait à ses dépens, soulevant et faisant voler en éclat cette chape de plomb qu’il croyait avoir scellée à jamais. Ce mon, étranger et sonore, à vrai dire, son mon en était sorti, comme d’un chapeau d’un magicien : « Joachim ». Cet entrechoquement de syllabes à la fois dures et douces sonnait en général un rappel auquel il répondait aussitôt puisqu’il s’agissait de son prénom, celui-la donné par sa mère à sa naissance, cette intuition devenait une certitude prompte à s’ancrer puissamment en lui. Il n’opposa aucune résistance à cette subite réminiscence, bien au contraire, il était prêt à concéder un peu de terrain à ce passé pas si défunt que cela en fin de compte, fut-il pour gagner en paix par la suite. Demeurait toutefois cette autre interrogation cruciale qui commençait à grignoter toute sa conscience. Qui était ce spectre qui courait à ses côtés ? Lui ou un autre ?

Il prit congés des enfants. Remercia vivement Victor et Andrei et leur promit la revanche. Victor ravi serrait avec effusion les mains de son nouvel ami et s’empressa de lui demander son nom. Cèdre répondit qu’il avait trois prénoms : Saul, Gabriel et Joachim et qu’il pouvait en choisir un pour le désigner. Il serait comme un code secret entre eux deux seuls. Victor enchanté choisit étonnamment le dernier. Les entrailles Cedriens se tordirent alors et se durcirent en une contraction certainement semblable à celle que délivre et ressent toute femme lors d’un enfantement. « Décidément, depuis une semaine je ne cesse de naître » pensa-t-il.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 16:52:25


En cette journée dominicale, il était tout à fait exclu de solliciter une rencontre avec le docteur Senerov. Il devait désormais considérer et compter sur ce calendrier longtemps ignoré qui mettait unanimement en branle les gens de toutes sortes selon un rythme prévu à l’avance. Cet effort lui sembla incommensurable lui commandant de quitter cet esprit vagabond et dilettante seulement préoccupé à sa survie seule. Son horizon devait dès à présent s’élargir et comptabiliser plus d’un jour. Fini le cadre diem, comme sur la plage il lui était possible et permis d’étendre sa propre serviette et d’allonger sa personne dans toute son envergure et dimension et par conséquent, d’envisager le temps de façon beaucoup moins contractée. Ces multiples opérations mentales que sollicitaient ces nouvelles attitudes et comportements l’épuisaient. Pour se délasser et mettre à l’épreuve cette liberté acquise, il avisa un café ouvert et décida de consommer quelque chose. Un obstacle de taille l’emmurait déjà : il n’avait pas d’argent sur lui et n’en possédait pas. Sa tentative échouait déjà sur le pas de la porte, sans aucune chance de matérialisation. La vie normale était donc dure elle aussi ? Elle lui sembla s’incarner en un rivage bien lointain et il pressentait qu’il lui faudrait laborieusement parcourir toute cette distance visiblement vaste qui le séparait d’elle. Toutefois, culotté, il mit sur le champ un plan tout à fait osé pour parvenir malgré tout à ses fins.

Avant de pousser la porte son regard fut happé par le sien reflété sur des vitres sales mais qui laissaient percer en prismes inégaux cette figure longue rasée de près mettant en évidence une bouche large et cependant légèrement pincée mêlant dureté et douceur. Sans être fiévreux, ses yeux noirs brillaient ombrant une arcade sourcilière obliquant vers le haut et soulignant l’étrange harmonie de sa chevelure d’ébène particulièrement abondante, faite de boucles et de mèches raides rangées avec grâce. Cette beauté et la jeunesse qu’elle inspirait, il ne savait rien de son âge, lui avaient rendu quelques bons services dont un accueil presque toujours bienveillant. Toutefois, sa pâleur persistante l’ennuya risquant en effet de compromettre son plan d’attaque. Il remonta la manche de sa chemise et s’en servi pour nettoyer la vitre. A l’intérieur de ce café enfumé il vit trois hommes à l’aspect sec et nerveux. Il eut un mauvais pressentiment. Il appuya quand même sur la poignet et ouvrir la porte.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 16:55:36

Un air vicié et rance envahit son nez et se propagea en lui. Cette odeur collante et lui ne faisaient qu’un désormais et il regretta aussitôt sa décision. Il n’eut pas le temps de revenir sur ses pas, une voix rauque le prit à partie : « alors étranger on se balade ? ». Tous le toisaient et la moue mitigée qui se peignait sur leur figure rougie par l’alcool augurait rien de bon.

- « Allons allons foutez lui la paix, qu’est-ce que tu veux ? »
Un café, simplement un café mais hélas je n’ai pas de quoi le payer. Je me propose donc de vous offrir quelques services en échange comme par exemple celui de nettoyer vos vitres ou toute autre chose ».

Voilà le plan qui lui valait de rester toujours maître de la situation, sans aucune dépendance possible vis à vis des autres. C’était comme un loyer qu’il prenait soin de payer en préambule de toute interaction, car instinctivement, il savait que la générosité avait déserté le coeur asséché des hommes. Toutefois certains spécimens étaient récemment parvenus à éroder cette conviction, ce qui le gonfla d’espoir. Il n’osa sourire car celui ci pouvait être interprété à tort, il se contenta donc de fixer sans animosité ce visage rond qui s’avançait vers lui sous l’hilarité générale. Il crut à son échec, mais un homme lui annonça qu’il savait parler aux femmes. Et celle ci paraissait savoir comment l’occuper.
« D’accord, va pour les fenêtres et le parquet aussi » lui souffla-t-elle, en lui déchargeant sur le visage une volute de fumée tout droit sortie de sa Mahorka russe qu’elle tenait coincée entre ses lèvres charnues.

Un seau rempli d’eau et une éponge furent déposés à ses pieds.
Tu nettoies d’abord et tu auras le café ensuite ».
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Invité le Lun 24 Juil - 17:01:12

Comment il s'est fait carotte !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 17:14:02

Je dois vous demander une dernière chose : quel est votre nom ?
Quelle drôle d’idée ! On me nomme Sonia et toi comment tu t’appelles ?

C’est comme si un barrage avait cédé. Devant son seau et son éponge, sous le regard perplexe de ses hôtes, Cèdre leur raconta tout ce qui lui était arrivé depuis le début, c’est à dire depuis sa récente installation dans sa chambre située sur l’aile gauche de l’hôpital. Planté droit comme une icône, agitant ses mains et ses bras, il figurait une galaxie s’offrant aux yeux ébahis d’un astronome. Il parla, il parla et ne lésina sur aucun détail. Se livrant si complètement, il en profitait pour s’approprier ce récit qui avait d’ailleurs l’allure d’une fable, qui résumait certes toute sa vie, mais qui lui donnait corps en tant que personne surgie et née de la neige, autant dire du néant glacial où il avait failli résider à jamais. Il était fier de sa performance.

- « Alors c'est qui le gars qui courait avec toi ? » Demanda l’homme qui mâchonnait un quignon de pain beurré.
tu es soigné parce que tu es fou ? Renchérissait celui qui n’arrêtait pas de battre un jeu de cartes. Ils rirent. Sonia prit sa serviette qu’elle fit voler autour d’eux faisant mine de chasser les éventuels mauvais esprits qu’ils semblaient voleter autour d’eux au point d’empoisonner leur langue.
« Taisez vous bande d’ignares ! Vous ne voyez pas qu’il dit vrai ?
Sans ajouter un mot elle s’empara du seau qu’elle remisa dans une petite pièce sombre contiguë au bar et jeta l’éponge sur le comptoir.
- « inutile de laver tout ça ton histoire fait l’affaire, tu as gagné ton café voire plus si tu as faim, t’as pas l’air très gras ! Gricha va me chercher un bol de lait ». Le bateleur de cartes se leva péniblement et s’avança vers le buffet, prit un gobelet et une cruche remplie du liquide blanchâtre qui humait bon le lait frais. Brinquebalant, il s’approcha de Cèdre et lui versa une bonne rasade.
« A ta santé ! » Fit-il, « fasses que tu retrouves ton assise en ce bas monde. Tu sais, on est un peu amis vu que tu as joué avec mon petit Anton ce matin ».
Cette annonce le ravisait. Son chapelet de noms s’agrandissait de graines collectées jour après jour. Des accointances et des affinités en accolaient certaines et mettaient de la cohérence entre elles. Cèdre fut satisfait de ce résultat, de cette stabilité séduisante qui plus est. Son Monde vide il y a peu s’emplissait de personnes dont il appréciait le contact fut il parfois rude comme à cet instant. Peu importait, par leur entremise il se déployait et élargissait plus qu’il ne fallait son propre corps malingre. Les gens entraient à flot dans sa maison. Celle qu’il bâtissait secrètement en son for intérieur. Il avait de surcroît gagné son pari et avait eu davantage : un café et un bol de lait.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Lun 24 Juil - 19:58:48

Cet épanchement soudain sorti de sa bouche lui avait fait du bien. Il avait mis en mots tous les instants vécus dans cette ville inconnue qui l’accueillant nu, ne manquait pas de le vêtir chaque jour. Il ne se sentait plus seul désormais et à la rigueur son arbre lui devenait de plus en plus superflu. Sa valise le narguait encore, mais beaucoup moins. Aucune force nécessaire n’avait été mobilisée pour creuser un trou et l’enfouir profondément sous la terre au pied de son arbre fétiche. Ce projet perdait son caractère impérieux jusqu’a être relégué aux oubliettes. Les êtres étaient sa priorité. Il les envisageait comme un tiroir à ouvrir, une lampe à allumer afin de voir la lumière les éclairer et l’éclairer par la même occasion. Il était leur allumette prête à craquer sur leur tête pour jeter la lumière sur eux et pour observer le nuancier d’ombres projeté tout autour de lui. Toute chose pouvait demeurer dans cette placide inertie dans la mesure où lui seul bougeait et donnait Vie selon son arrangement, désireux plus que tout d’incarner la Vie, mieux, d’être la vie et davantage encore, de la vivre. Il lui fallait procéder par étapes et donc briser ses chaînes et par conséquent gagner de l’argent. Il regarda Gricha droit dans les yeux et lui demanda sans détour s’il était possible de trouver dans le coin un travail qui le fasse vivre.

Ce fut Micha qui répondit délaissant son quignon sur la table patinée de poussière. Tout en triturant sa grosse moustache, il émit un avis mitigé. Selon lui la vie était dure ici depuis la fin de la guerre, il fallait tout reconstruire et vite. Quelques usines s’élevaient ça et là où tous ici exceptée Sonia y travaillaient. Pour illustrer son propos il leva en l’air sa main noircie et mutilée. Il y manquait une phalange. « Tu tiendrais pas une semaine mon gars ! » Conclue-t-il. Saul s’aperçut qu’il était dans l’incapacité de nommer le lieu, la ville qu’il habitait. Cette lacune lui causa un désagréable désagrément qui accentua en lui l’odeur rance qui l’environnait, comme si cette puanteur émanait de lui désormais. Il peinait à respirer. Son ignorance des choses simples le suffoquait. Il devait savoir.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Mar 25 Juil - 14:12:28


Tout s’agita autour de lui. Les verres furent écartés sans égard, la table rapprochée à une autre et une grande carte fut apportée comme on porte une icône. Saul vit tout un réseau de traits et de mots compliqués s’étaler sous ses yeux, tout ceci sur une feuille jaunie dont on voyait combien elle n’avait pas été épargnée, certainement maniée par des mains avides de faire un point. Ses bords cornés témoignaient de consultations fréquentes et quelques marques laissées sur la carte auguraient les conversations suscitées certainement par un suivi méticuleux des avancées des troupes allemandes dans cette région départagée en deux par le Don.

Un doigt aux bords noirs et à la peau terriblement rongée pointa un point sous lequel Saul lut « Kostenki » « C’est ici, tout près du Don, l’as tu vue ? ». Quoi ? Cette eau grouillante de carpes sauvages, insolante et indolente qui se noue et se dénoue en de nombreux méandres pour se déverser dans la petite mer d’Azov se trouvait presque à ses pieds et il n’avait eu vent de sa présence ? Mais que faisait-il, où donc était-il pour ignorer jusqu’a cette présence précieuse et vitale que figurait pour lui ce fleuve capital ? Subjugué par la beauté du texte et son pouvoir revigorant il avait en effet lu ce dernier mois le Don paisible de Cholokhov gentiment prêté par le docteur Serenov sans soupçonner quoique ce soit, ? Il avait aimé la signification même du mot cosaque dont le sens était à ses yeux essentiel puisqu'il renvoyait à la liberté même. Il la convoitait plus que tout ainsi que cette vie faite de fureur, d’âpreté et de douceur. Il n’était pas dupe. Cette réminiscence lui mit la larme à l’oeil ce qui émut Sonia.

« T’en fais pas elle ne bouge pas trop notre petit père, tu pourras même t’y baigner. » Petit père : cette tendre appellation lui fit verser des larmes véritables. Il avait de la chance et n’en doutait plus. Il se trouvait exactement au meilleur endroit pour naître à nouveau et s’offrir pleinement à la vie. Il regarda ces hommes drus qui l'entouraient avec bonhomie et leur sourit. L’odeur mauvaise s’était envolée remplacée par une brise qui l’effleurait pour l’envelopper et le serrer très fort dans ses bras protecteurs.

Allait-il s’installer ici ? Comment gagner son indépendance ? Il ne pourrait rester indéfiniment à l’hôpital. Il avait déjà sentit comment on le poussait dehors. Tous allaient tôt ou tard subir ce sort, y compris Anna qui n’avait pas encore quitté son camion, les mains en quête de cette note égarée à jamais. Perdu dans ses pensées, il examina plus en avant la carte qui s’étalait devant lui lui faisant des œillades, lui parlant et se comportant de façon aguichante, le conviant à une connaissance plus approfondie de ces mots bigarrés, de ces terres légèrement vallonnées, sises dans de la craie et pour la plupart rassemblées autour de ce fleuve qui personnalisait aux yeux des cosaques leur ligne de vie. Il était désireux lui aussi de suivre cette ligne. A voix haute, il lut Voronej situé plus au Nord qui paraissait indiquer une grande ville, et sans qu’il s’en rendit compte sa propre main s’était posée à proximité de ce nom. Micha qui décidément savait lire les gens entre les lignes, opina de la tête et s’exclama « Te voilà en conquérant maintenant ? ».
« Mais tu as bien raison. » poursuivit-il, « Cette ville est gigantesque et est en pleine reconstruction. De plus elle est un grand centre administratif, tu pourrais y trouver ton bonheur ! ».
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Mar 25 Juil - 14:15:21

.


Dernière édition par Izo le Jeu 24 Aoû - 15:52:08, édité 1 fois
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Mar 25 Juil - 14:18:11

.


Dernière édition par Izo le Jeu 24 Aoû - 15:51:00, édité 1 fois
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Izo le Mar 25 Juil - 19:51:43

.


Dernière édition par Izo le Mar 22 Aoû - 21:32:16, édité 1 fois
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 1103
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet littéraire : la fabuleuse aventure de Saul Cèdre.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum