Adultes Surdoués-Forum HELIOS (Hpi, Zèbres, hqi...)

Féminisme victimaire et charia

Aller en bas

Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Mar 17 Oct - 10:25:05

Nul n'a pu échapper à cette nouvelle campagne de féminisme victimaire s'il s'est posté quelques instants devant son téléviseur ou son PC.
Encore une fois, toutes victimes. Les femmes, ces êtres faibles et passifs, subissent en permanence les agressions insupportables d'affreux mâles dégénérés, incontrôlables, qui manquent d'éducation.

Mais puisque les femmes sont toutes victimes, et les hommes tous coupables, à quoi bon parler d'éducation ? Est-ce qu'on éduque le lion à de pas dévorer la gazelle ? C'est ridicule, si on veut protéger la gazelle, on la met dans une cage à part, bien séparée et à l'abri des instincts sauvages de la bête féroce.

Et c'est ce vers quoi nous entraine ce nouveau féminisme, à la charia. Les hommes d'un côté, les femmes de l'autre, on arrête toutes les interactions de peur que la femme soit victime de la brutalité de cet être primaire qu'est l'homme.
"Il m'a regardé avec un peu trop d'assistance, je me suis sentie violée", "on me propose 3 fois par semaine d'aller boire un verre, je suis harcelée, je n'en peux plus"... pauvres femmes qui ne parviennent plus à supporter de vivre dans une société mixte.

Et c'est ainsi qu'on réinvente un féminisme de la burqa: https://www.courrierinternational.com/article/controverse-faut-il-des-espaces-reserves-aux-femmes-dans-les-transports

Au nom de la liberté des femmes, de leurs droits, on va les parquer, les considérer comme des êtres toujours faibles, passifs, qu'il faut protéger.
Mieux, les femmes vont le faire elles-même au nom du féminisme, en scandant des "nous ne sommes pas que des objets sexuels, arrêtez d'être méchants" - en ne voyant même pas que le travers de la victimisation est de justement se réduire à l'état d'impuissance, et à faire de l'autre l'agresseur perpétuel.

On se demande tout de même comment on peut se penser libre et maître de soi dans ce féminisme new age ? Mais par la consommation madame ! Il faut tout de même faire tourner la machine, la bonne société. La burqa est rose et pleine de paillettes, et la femme à le droit de consommer librement l'homme en toute indépendance et sans liens, sans attachements.
Elle peut lui mettre la main aux fesses dans un contexte social favorable (dans ce sens là, ce n'est pas du harcèlement) et aller le cueillir à la sortir de la maternelle pour avoir de la bonne viande fraiche (elle ne sera pas une vieille perverse). Après tout, l'homme n'étant qu'un objet désirant, la femme peut se permettre de le traiter ainsi.

Bref, tant que les nouvelles cases sont bien respectées, que tout est bien distingué, tout ira bien. Chacun dans sa case, faut trouver le bourreau et la victime, faut établir les lignes, et nous seront tous libres.
Mais attention, faut pas enfermer les individus dans des genres qui ne leurs correspondent pas.

Certes, les hommes sont des brutes féroces décérébrées, les femmes des êtres faibles et sophistiquées, mais il y a aussi des hommes en talons hauts (c'est génétique, une particularité chromosomique qui les fait penser comme des femmes, car les femmes ont le gène des talons hauts), l'individu à quand même toute sa place.

Allah Akbar !


Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

bonjour Anima

Message par Vive le Mer 18 Oct - 9:16:27

Que dire ...

Ce mouvement reflèterait peut être une réalité tout meme ,
Il est probablement exageré de voir la mâle partout, mais la chosification du corps des femmes est une réalité : voir les sites pornographiques ou on traite l'être humain feminin comme un bout de viande troué.
Nombreux sont ceux qui assimilent cela a une réalité .

Alors entre modération et surprotection : quelle voir suivre ?

Hier un homme avec lequel je discutais assumait son côté prédateur, faisait un tableau de la femme tput a fait gerbant, et cherchait un ventre age de 23 ans ( lui meme n'a pas voulu donner son age, mais il était biiiiien plus vieux que ca).



avatar
Vive
Admin
Admin

Messages : 2384
Points : 3333
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Mer 18 Oct - 11:07:08

Il y a plusieurs choses:

- nous sommes tous, hommes et femmes, de plus en plus réduit à l'état d'objet, enfin c'est ce qu'il me semble.
Par les réseaux sociaux, où l'on se vend comme des produits - par les publicités etc. Le consommateur consomme aussi son image et celle des autres.
- Les pulsions sexuelles ne sont sans doute pas réductibles à des conventions sociales - ainsi il ne faut sans doute pas s'étonner du fait que les films dont tu parles enfreignent quelques règles sociales.
Il est même possible que ce soit leur fonction, et que moins les règles sociales sont strictes, et plus ce genre d'imaginaire est trash.
J'imagine qu'il doit y avoir un jeu du caché et du visible qui entre en compte. Possible que dans une société où les jambes seront dissimulées, la vue d'un genou soit excitant. Enfin j'ai pas énormément creusé la question, mais il doit y avoir un truc dans le genre. Puis il n'est pas non plus dit que ces films ne soient consommés que par la gente masculine, et que certaines femmes n'aiment pas se voir en ces circonstances comme des objets.
- (sur)protection de qui par qui ? des femmes par les hommes ? Des femmes par des femmes qui fonderait une législation contre l'abus masculin ?  Dans le premier cas, la femme est toujours cette être faible qui doit être défendue par les hommes (oppresseurs, mais pas de nature ?). Dans le second, on continue de marquer une distinction qui vise à créer deux natures distinctes (nature féminine contre nature masculine) et qui réduit une fois encore la femme à n'être qu'une victime qui doit imposer un mode particulier pour vivre (tout en établissant une guerre indépassable entre les sexes) - et qui réduit l'homme à son aspect pulsionnel.
- Dans une société telle que la notre, il n'y a plus vraiment de répartition des rôles autour du modèle féminin/masculin  (et c'est d'ailleurs le but du féminisme il me semble)  et la différence des sexes n'est appréhendée quasi exclusivement que par la différence biologique. J'imagine que ça pourrait être parfaitement viable si il y avait des échanges plus spirituels, humains, sauf que nous sommes avant tout poussé vers la consommation (je reviens sur ce que j'ai dit plus haut) et donc basiquement l'échange se fait essentiellement autour du corps et de l'apparence - c'est donc un peu schizophréFais l'amour , il me semble, de penser résoudre les problèmes de réification sans tenter de penser le modèle globale (et qui ne touche pas que la différence hommes/femmes, mais là ça commence à devenir compliqué pour ma pauvre tête).

Pour l'homme dont tu parles: il faut se demander si on peut faire de son cas une généralité, et aussi le pourquoi de ce ventre (je ne comprends pas ce "ventre age de 23 ans").


Dernière édition par Anima le Mer 18 Oct - 11:39:57, édité 1 fois

Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

réponse courtoise ;)

Message par Vive le Mer 18 Oct - 11:38:19


Il y a plusieurs choses:

- nous sommes tous, hommes et femmes, de plus en plus réduit à l'état d'objet, enfin c'est ce qu'il me semble.
Par les réseaux sociaux, où l'on se vend comme des produits - par les publicités etc. Le consommateur consomme aussi son image et celle des autres.

Exact- Les moyens de diffusions de l'image ont changé les perspectives que chacun a de l'autre- On ne rencontre plus une personne dans le village voisin. Tout est différent, mais semble convenir aux gens par praticité. Peut on nommer cela consommation ? Poursuite du rêve de la rencontre ideale sur catalogue ? Un être humain sur mesure, à première vue ?



- Les pulsions sexuelles ne sont sans doute pas réductibles à des conventions sociales - ainsi il ne faut sans doute pas s'étonner du fait que les films dont tu parles enfreignent quelques règles sociales.
Il est même possible que ce soit leur fonction, et que moins les règles sociales sont strictes, et plus ce genre d'imaginaire est trash.
J'imagine qu'il doit y avoir un jeu du caché et du visible qui entre en compte. Possible que dans une société où les jambes seront dissimulées, la vue d'un genoux soit excitant. Enfin j'ai pas énormément creusé la question, mais il doit y avoir un truc dans le genre. Puis il n'est pas non plus dit que ces films ne soient consommés que par la gente masculine, et que certaines femmes n'aiment pas se voir en ces circonstances comme des objets.


Je ne critique pas l'idée d'avoir des fantasmes. Au contraire, quel ennui serait la sexualité sans cela.
Non ce qui est sociétalement une dérive, c'est la banalisation de ces approches de la femme, et le fait que certains hommes jeunes pensent que le sexe, c'est cela, pour de vrai.
Que l attirance pour une femme se traduit par "avoue t'aimes ca Fille chaleureuse "
C'est violent oui, d'entendre ça 2 ou 3 fois par jour.
Au bout d'une certaine récurrence, je crois que la fille préfère rompre tout lien avec la gente masculine afin de ne plus subir cela.


- (sur)protection de qui par qui ? des femmes par les hommes ? Des femmes par des femmes qui fondrait une législation contre l'abus masculin ? Dans le premier cas, la femme est toujours cette être faible qui doit être défendue par les hommes. Dans le second, on marque une distinction qui vise à créer deux natures distinctes (nature féminine contre nature masculine) et qui réduit une fois encore la femme à n'être qu'une victime (tout en établissant une guerre indépassable entre les sexes) - et qui réduit l'homme à son aspect pulsionnel.

Biien alors que préconises tu ? Le laisser dire et laisser faire? La solidarité de l'oppressé ne se limite pas à une guerre des sexes, je n'y vois pas cela

Pour l'homme dont tu parles: il faut se demander si on peut faire de son cas une généralité, et aussi le pourquoi de ce ventre (je ne comprends pas ce "ventre age de 23 ans").
Lui disait détenir une vérité, inavouable et qui fait mal. Que les femmmes étaient des êtres interessés, cherchanle mâle alpha etc....ce genre de discours peu profond.
L'origine de cela prénd sa source dans les différences morphologiques et de force physique, ensuite la religion est passée par la (religions monotheistes)
avatar
Vive
Admin
Admin

Messages : 2384
Points : 3333
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Mer 18 Oct - 12:04:50

Disons que pour moi il y a consommation si on tente d'élaborer son image autour de ce qu'il est socialement convenu d'être (physiquement, moralement, intellectuellement) et qu'on commerce avec l'autre dans cette perspective, sans avoir spécialement intériorisé ces exigences par ailleurs. C'est à dire s'accoler des pensées humanitaires etc, des codes vestimentaires où autres, simplement parce que c'est ce qui est attendu et sans en être vraiment investi.
Pour les réseaux, je parle de l'image qui doit être construite. La mise en avant des photos, des goûts, ce portrait étrange qu'on doit faire de soi (pour ça que je parle aussi des pubs, qui servent de modèle).

J'imagine que ces fantasmes existent de part et d'autre, et que chacun doit trouver la personne adéquate ou apprendre à composer avec ce qui déplait chez l'autre. J'avoue que je ne sais pas trop. Il me semble que les pratiques spéciales ou extrêmes augmentent aussi chez les femmes, ou se dévoilent plus, je ne sais pas. J'ai du mal à évaluer les proportions, mais ça ne me semble pas aller que dans un sens.
Le truc vraiment commun désormais, c'est la femme cougar. On entendait pas spécialement parler de ça avant, il me semble que c'était moins répandu, maintenant ça devient normal et une femme âgée peut sans honte exprimer sa liberté sexuelle en manifestant son appétit pour les jeunes hommes. Je donne cet exemple parce que c'est visible dans la rue, contrairement aux autres modifications.

Si on parle d'oppressés et d'oppresseurs, il y a guerre. La guerre peut se limiter à des sphères précises (un droit en particulier, une chose à changer) ou être plus générale. Personnellement, je ne me sens aucune obligation à être solidaire de la gente féminine dans son ensemble, puisque je ne crois pas que l'homme soit son oppresseur par nature. Sur des sujets précis, oui, mais l'adversaire ne sera pas non plus les hommes dans leur ensemble.
Je pense d'ailleurs que le fait de faire des femmes les victimes absolues, pour tout et rien, dessert les véritables victimes d'abus qui seront sans doute noyées sous le flot d'accusations légères lancées par les femmes solidaires. Mettre à un niveau égal un viol et un regard un peu insistant, ben ça n'aide pas la vraie victime.

Je ne sais pas ce qu'est un mâle alpha. Mais je pense que lorsqu'on est avec quelqu'un, on ne l'est pas parce que c'est le dernier des crétins, et donc qu'on le considère comme son alpha. Non ?
Enfin il y a peut-être des choses derrière cette histoire d'alpha que je ne comprends pas.
Pour l'origine, je ne comprends toujours pas ce qu'elle est. Pourquoi "ventre age de 23 ans" précisément, c'est bizarre. Peut-être qu'il cherche à se reproduire et que c'est l'âge qui lui semble le plus adéquat dans son cas, je sais pas, c'est bizarre.

Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Vive le Mer 18 Oct - 12:37:03

ah ...femme cougar, quel mot terrible. C'est quand même toujours vu comme une tare et c'est quelque peu "contre nature" pour la communauté sociale.
C'est commun oui, mais appréhendé comme une sorte de vice.
J'ai moi même lutté contre une attirance que j'ai eue (virtuellement)  pour un homme dont je pensais au départ qu'il avait 35 ans et qui s'avere être bcp plus jeune. IRL les regards des autres seraient insupportables. Et nous mêmes nous n'aurions pas pu de toutes façons. Au fond c'est triste.

Pour la personne : le male alpha s'opposait au garcon gentil et à l'écoute. Je n'ai pas tellement compris d'ou il sortait son échantillon d'étude. Cela m'a semblé abberant.
Oui il voit les femmes commme des êtres détraqués, interessés et pervertis. Une toute jeune femme naive de 23 ans semble lui convenir.

Mais je crois que j'ai rien qui colle avec les répères du lambda. J'imite et copie les codes sans en ressentir les bien fondés.
avatar
Vive
Admin
Admin

Messages : 2384
Points : 3333
Date d'inscription : 24/02/2017

http://helioscrossing.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Mer 18 Oct - 21:36:26

L'inverse n'est pas toujours très bien vu pas tout le monde non plus, à tort ou à raison.
Je connais un couple qui a environ 30 d'écart d'age (homme plus âgé). Pour eux ça à l'air de marcher, mais ça n'empêche pas les gens autour de rigoler et de blaguer sur le sujet. Ils font avec.
La seule différence c'est que l'homme est généralement apte à procréer plus tard - tandis que la femme est plus limitée là-dessus. Mais un couple ne se limite pas non plus à des questions de procréation.

Pour la personne, c'est compliqué de percevoir son point de vue de cette manière, parce que derrière "gentil et à l'écoute" on peut un peu tout mettre. Qu'est-ce qu'il entend par là, et quel est l'opposé de ça ?
Sinon, l'égalité des sexes implique que les femmes soient ou puissent être aussi détraquées que leurs homologues masculins. Lorsqu'on dit que l'humanité est détraquée, intéressée, pervertie, je ne suis pas choquée. Alors qu'on choisisse de découper le problème, pourquoi pas.
A moins qu'il fasse des hommes de blanches colombes victimes perpétuelles des femmes ? Il faudrait donc les protéger ? Il doit alors avoir beaucoup en commun avec le féminisme à la mode.

Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par jolindien le Ven 20 Oct - 7:05:31

A qui profite le crime...?
Ce modèle de société est fomenté par des psychopathes, pour des psychopathes.
L'humain, le vrai, ne comprend pas, cherche des explications, se pense fou, ...alors la division atteint même l'individu en lui même, dissociation...
Alors l'humain souffre, encore, toujours, se sépare un peu plus, se violente, haine contre tout et tous...mais à qui profite le crime, parce que c'est le pire des crimes contre l'humanité.
Dissoudre la conscience humaine via les moult moyens à disposition (technologie, médocs, bouffe, culture...), et d'un homme surgit alors un esclave rampant.
Peut-être qu'il faudrait considérer que certains humains n'en sont pas, et par la force des choses, ils se concentrent et se multiplient plus on monte dans le pouvoir.

Non c'est juste un mauvais rêve...
En fait une personnalité psychopathique est bien plus forte que l'humain lambda, actuellement j'ai une classe de seconde ou il y deux personnes (sur 30) avec une personnalité vraiment déviante (ah c'est vrai je ne suis pas qualifié pour poser un diag!)
Soit je les écrase soit c'est le chaos dans la classe, mais cela m'en coute au niveau...énergétique.

jolindien
Maître des fleurs
Maître des fleurs

Messages : 343
Points : 943
Date d'inscription : 26/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Ven 20 Oct - 9:10:11

Ton interprétation de la situation est originale, et même trop pour que je parvienne à en comprendre le sens, qui sort du cadre auquel je m'attendais. Pourrais-tu expliciter un peu certains passages ?

jolindien a écrit:Ce modèle de société est fomenté par des psychopathes, pour des psychopathes.
D'où penses-tu que viennent les normes sociales et comment nous sont-elles imposées ?
Je ne sais pas comment comprendre ce terme de psychopathe, si il faut que je le prenne au premier degré (et donc que je consulte la fiche-personnalité correspondante tirée du dsm (trouble de la personnalité antisociale ?)  ) ou si tu utilises ce terme pour décrire autre chose.

Je crois que tu utilises ça dans une dimension plus philosophique, que je ne connais pas, comme cette histoire de dissociation.

Que veux-tu dire par dissociation ? Peut-être pourrais-tu décrire ce phénomène dans le cadre des relations hommes/femmes dont il est ici question, ça me permettrait d'appréhender ton idée de manière plus concrète ?

Je crois que tu distingues "l'humain lamda" du psychopathe - j'en déduis que le modèle de société que tu critiques n'est pas fait pour lui et par lui, mais donc imposé d'en haut ?
Et donc le "crime" profiterait à un groupe qui le dépasse, les psychopathes, dont la nature serait autre ?
Quels serait donc leurs intérêts là-dedans ?

As-tu un modèle de société en tête qui serait différent ?

De ce que tu dis de ta classe, j'en déduis aussi que ce que tu nommes la psychopathie n'est pas non plus une conséquence directe du pouvoir et que ces individus sont aussi mêlés aux "humains lambdas".
Pourrais me dire quelles causes tu donnes à ce trouble ?
Cette différence est-elle innée ou acquise ?

Désolée pour toutes ces questions, mais je suis surprise par ta réponse et aimerais la comprendre davantage.

Ps: Sinon j'ai l'impression qu'on utilise un certain nombre de luttes passées comme des mythes fondateurs.
Il importe de les respecter pour s'associer à nos glorieux héros du passé, dont les idées ont gagné.
Ils ont gagné malgré les pressions qu'ils subissaient, et même s'ils étaient au départ minoritaires.
Nous tentons de faire revivre continuellement les mêmes combats (qui sont souvent à la base de notre éducation, les classiques des manuels) car l'histoire a parlé et nous savons qu'ils sont ceux des vainqueurs et des bons.
Cependant le contexte change, et pour permettre à ce combat collectif d'avoir lieu, il doit dépouiller les mots de leurs sens originel et les réadapter à notre société actuelle.
Quel est le lien entre le féminisme de la première vague et celui de la quatrième ? Personnellement, je ne le vois pas. Seul le mot assure la continuité.
Mais ça vaut pour d'autres mots, comme l'antifascisme par exemple. Quel est le lien entre les premiers antifascistes et ceux qui se réclament antifascistes aujourd'hui ? Ont-ils d'ailleurs les mêmes risques, les enjeux son-ils les mêmes, et la société entière perçoit-elle le problème de la même façon ?
Les choses ont bien évidemment changées, le monde ne se répète pas inlassablement de la même façon. Des différences apparaissent, mais une mémoire figée nous ramène aux même démons, ceux qui sont vaincus, et qui nous rassurent car ils nous permettent d'oublier que nous devons maintenir une activité propre.
Les mots deviennent donc les cadavres rassurants, dépourvus de volonté, qui nous servent de boussole. Une boussole commune, qui doit maintenir notre société en place, préserver ses structures.
Et donc, paradoxalement, la lutte contre un système oppressif est devenu la nouvelle norme, et son imagerie s'impose partout, même si elle ne repose sur aucun fond précis. Ce qui importe, c'est de lutter contre le système, contre l'oppression - et c'est tout un système qui nous présente ça - qui nous le présente pour se maintenir aussi.
Car qu'est-ce qu'une lutte sans vie, qui ne se base que sur des mots-cadavres dépourvus de toute volonté et qui sont de simples étendards ?
Je reviens là-dessus à cause de ce "à qui profite le crime". Si je devais me poser la question (et je ne suis pas certaine de sa pertinence (vraiment je ne sais pas)) je me demanderais à qui profite le fait que nous nous maintenions dans des mots creux en nous pensant actifs et libre par leur simple utilisation, même si ça ne mène nul part et que ça fragmente la société en communautés stériles (mais qui se pensent donc libératrice).
Et je ne sais pas si la question est pertinente, car elle implique de définir l'ennemi et la communauté - et je ne sais pas sur quels critères me placer. Quel est ce "nous" qui s'oppose à "eux" ?
Qu'est-ce qui est nécessaire à l'humain, et doit-être préservé en priorité ? Les besoins matériels ? Les besoins identitaires ? Les besoins spirituels ?
J'imagine que cet "eux" serait facile à trouver s'il délitait tous les besoins de l'humain. Peut-on imaginer un système qui le fasse ? C'est à dire qui réduise la plupart des hommes à la pauvreté, qui tue ses sentiments d'appartenance et qui le conduise à un errements existentiel permanent ? Si oui quel est-il et par quoi le remplacer, comment ?

Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par jolindien le Ven 20 Oct - 21:48:21

J'essaierai de te répondre demain.
j'utilise le terme psychopathe dans son sens premier.
Chez l'humain ,dissociation de l'esprit et de la personnalité (conditionnée= ou plutôt dissolution de l'esprit au profit d'un conditionnement...
L’intérêt, le contrôle, et donc le pouvoir.

jolindien
Maître des fleurs
Maître des fleurs

Messages : 343
Points : 943
Date d'inscription : 26/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Ven 20 Oct - 23:00:07

J'en déduis qu'il vaut mieux être psychopathe alors, s'il y a une telle dichotomie et que l'humain est synonyme d'impuissance.

Mais peut-être que je changerai d'avis en te lisant (je te répondrai sans doute lundi, le week end ce n'est pas possible pour moi)

Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par jolindien le Dim 22 Oct - 8:56:29

J'en viens à me dire que ces êtres mimant le comportement humain, sont responsables d'une bonne partie du devenir du monde. On parle d'une proportion de 1 à 2% qui le sont de naissance, effectivement à ma modeste échelle qui n'a en rien valeur de généralité (prof dans un lycée) j'ai pu vérifier au fil du temps sur environ 120/140 élèves une proportion au moins équivalente.
C'est à dire par le passé (oui car cela augmente...) entre 2 et 3 personnages vraiment déviants (manipulateur, menteur, absence d'empathie, égocentrisme caractérisé...).
Cette année dans les classes de seconde, il y en a plus...et c'est n'importe quoi.
Sur 30 élèves, 2 personnes, un qui fout le bordel en permanence, n'admet jamais ses tords, manipule la classe pour qu'elle le soutienne dans ses actions, etc...
Un autre, on va dire plus discret, qui se nourrit de la souffrance des autres. Quand je réprimande quelqu'un celui-ci constamment en train d'épier, rigole doucement, et devient...rouge de plaisir (le  visage), attitude qui se vérifie à chaque fois.

On parle de psychopathe innés et d'autres qui sont conditionnées à l'être, je pencherai plutôt pour 5 % d'innés et entre 5 et 10% de conditionnés. Là on parle d'une proportion générale, bien sûr plus on monte dans les sphères du pouvoir plus cette valeur est élevée.
Dans une classe il en suffit d'un seul pour pourrir l'ambiance, juste un.
Et je vérifie en tous cas, quand cette ou ces personnes sont absentes l'attitude de la classe et l'ambiance sont bien différentes.

Transposons à l'échelle mondiale, tu sais notre cher monde capitaliste, ...tiens Bolloré s'appropriant les marchés en Afrique...le même qui détient canal...et j'en passe.
Des exemples il y en a plein, des entreprises comme Monsanto et compagnie sont bien dirigés par des hommes, enfin c'est quoi un homme?
Toute cette merde balancée à la télé et dans ce modèle de société qu'on propose, sortir du conditionnement sociétal (en partie) n'est pas simple, peu le font, peu en sont capables, la majorité rampe, rampe et rampe encore.
Cad souffre de l'illusion projetée, pour réussir il faut être inhumain, avide, prêt à tout, mais alors que faire sinon se dissocier de l’intérieur...Se cacher de soi, car on ne peut voir le monde pour ce qu'il est et surtout se voir soi et voir ce qu'on est pas justement.

Le psychopathe divise pour contrôler. La société se conditionne de plus en plus dans le fonctionnement tribal. Le modèle familial (vieux, moins vieux, jeunes) explose...et maintenant on va donc séparer les femmes des hommes, instiller encore un peu plus la peur dans leur relation.

Mais à qui profite le crime?
A tous ceux qui souffrent de ne pas comprendre pourquoi la vie est ainsi...je ne crois pas.
Le changement ne viendra pas du haut, j'essaye chaque jour d'apporter un peu d'amour autour, quand cela est possible, quand je sens l'utilité pour l'autre que je me lie pour quelque secondes ou beaucoup plus à ce qu'il est.
La vie n'est pas tant linéaire, de petits bouts on construira peut-être un ensemble bien plus grand, ou être humain sera la seule exigence souhaitée.

être, un simple mot.
Et pourtant un tout.


jolindien
Maître des fleurs
Maître des fleurs

Messages : 343
Points : 943
Date d'inscription : 26/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Anima le Lun 23 Oct - 20:21:04

jolindien a écrit:
Cad souffre de l'illusion projetée, pour réussir il faut être inhumain, avide, prêt à tout, mais alors que faire sinon se dissocier de l’intérieur...
Qu'est ce que tu entends par réussir Jolindien ?
Si c'est être riche comme Bolloré, ça suppose au minimum d'accepter le fonctionnement du système que tu dénonces... donc là oui j'imagine qu'il faut être capable de se dissocier légèrement...

J'ai un peu de mal à suivre ta logique, excuse moi si ce n'est pas ce que tu voulais dire. Je te questionne pour réussir à comprendre le sens de ton message.

Disons que je comprendrais mal qu'on critique les membres d'un système, qui leur permet de faire ce qu'ils font, tout en louant au fond ce même système.
Et si ce système est défaillant, quel autre serait plus adapté ?
Et s'il n'y a pas de système plus adapté, pourquoi ?

Anima
Graine de tournesol
Graine de tournesol

Messages : 7
Points : 376
Date d'inscription : 17/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par jolindien le Lun 23 Oct - 21:14:04

Réussir dans la société, c'est accepter aussi d'être inhumain, cela ne peut déranger que ceux qui le sont, humain. D’où la dissociation.
Je ne me vexe pas pour les questions que tu poses, dans la vie le partage, c'est se mettre en phase, si je ne suis pas prêt à le faire...et bien je ne le fais pas.

Je ne crois pas qu'un système pourra résoudre les problèmes concernant l'entité de base de l'humanité, donc l'humain.
Il sera encore et encore manipulable à souhait avant qu'un minimum de conscience ne lui enlace le coeur pour lui faire comprendre...qu'être humain c'est être imparfait, mais aussi être entier, être avec soi et être avec les autres...peut-être aussi un jour être avec ce tout...

Pourquoi et pour qui est fait le système?
Autrement dit pourquoi une hiérarchie verticale...
libérer l'homme de sa peur et le faire devenir libre, en fait qu'il comprenne par lui même et pour lui même...le système implosera assez vite.
Mais il y a beaucoup de moyens d'endormir la populace, le cumul des facteurs nocifs est sidérant,
digression, maintenant on commence à présenter la pédophilie dans le cinéma comme courante...bientôt cela sera ancré comme presque une normalité dans la tête de tant d'hommes.
Alors pourquoi pas parler d'acte consenti entre une gamine de 10 ans et un adulte, le pas est déjà franchi.
Mais non quand même...mais si déjà.

jolindien
Maître des fleurs
Maître des fleurs

Messages : 343
Points : 943
Date d'inscription : 26/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

un nouvel arrivant

Message par ifness le Lun 12 Mar - 23:55:54

J'ai lu vos messages
et j'ai trouvé intéressants.

je suis très en retrait,
en fait je suis bien trop affectif/sélectif.

Mais j'ai aimé ce site.
Vive me connaît.
A bientôt si vous m'acceptez.
if

ifness
Coquelicot averti
Coquelicot averti

Messages : 76
Points : 684
Date d'inscription : 28/02/2017
Age : 95
Localisation : entre un pôle et un équateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par jolindien le Mer 14 Mar - 18:05:41

Alors nos chemins se croisent à nouveau,
la vie est belle des rencontres monsieur.

J'ai l'impression que cela fait une éternité qu'on échangeait là-bas...la nature de ce temps m'échappe.
Salut!

jolindien
Maître des fleurs
Maître des fleurs

Messages : 343
Points : 943
Date d'inscription : 26/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Féminisme victimaire et charia

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum