Adultes Surdoués-Forum HELIOS (Hpi, Zèbres, hqi...)

Ludwig Wittgenstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Ven 24 Fév - 21:53:11

Le personnage me fascine et ses conclusions m'intéressent c'est pourquoi j'ai décidé de me coltiner ses écrits faisant fi de tous les nombreux commentaires qui tournoient autour de son œuvre.

Pour cela voici mes munitions ; son Tractatus Logico - philosophicus, ses cahiers (bleu et bru), et sa correspondance. Je limite sciemment les sources pour ne pas me noyer, bien que j'aie sous la main quelques biographies, dont celle de Monk, de Chauviré et l'introduction par Rola Younes plus quelques essais rédigés par Jacques Bouveresse (http://autourdejacquesbouveresse.blogspot.fr/).

Mon objectif est de comprendre par moi-même la façon unique d'aborder le langage et ses limites car ce thème est important pour moi faisant écho à des difficultés éprouvées à cet égard en plus des questionnements sur l'homme et sa capacité à appréhender le monde.

Mon procédé est simple : m'emparer de chaque phrase de cette œuvre tortueuse qu'est le Tractatus logic philophicus (TLP pour les intimes) afin de tenter de la décoder par à pas dans son extrême nudité faisant fi de notions suggérées. C'est donc sans apports théoriques que j'aborde cette œuvre.

Je serais ravie que chacun puisse y apporter sa touche de manière à pouvoir ensemble éclairer cette pensée.
Je possède le TLP en pdf à disposition.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Ven 24 Fév - 21:56:36

Wittgenstein débute sa démonstration sur un ensemble d'affirmations concernant le monde sur lequel la première phrase est celle-ci :

1- Le monde est tout ce qui a lieu.

Voici ce que m'ont inspiré ces 8 mots :

Wittgenstein rattache le monde à sa seule manifestation.

a) Universalité de l’approche
Wittgenstein débute sa démonstration avec « le monde » sans expressément préciser de quoi il s’agit. Qu’entend-on en effet par monde ? Car le monde peut être en effet compris comme l’expression d’un grand tout, un fourre-tout, sans limite. Or Wittgenstein l’évoquant sans plus de précisions, établit de suite des frontières dans la manière de l’appréhender en le réduisant immédiatement à « ce qui a lieu ». Le champ de sa démonstration est optimal puisqu’elle se réfère à ce qu’il y a de plus étendu : le monde. Ce faisant il confère à son approche une tonalité universelle : elle concerne et vise toute perception. Du plus grand au plus petit, excluant toute exception. Son théorème est général ainsi que sa visée.

b) Prégnance de l’action
Subordonner le monde aux faits c’est d’abord supposer qu’il se suffit à lui-même dès lors qu’il est soumis à une action ou qu’il est agissant. Son existence s’inscrit dans l’action selon une temporalité réduite (un instant T). Ce qui sous-entend aussi que le temps est tout ce qui a lieu. Ce qui implique que toute existence est assujettie à une action. Tout est dans la mesure où il est affecté par un fait. Hors de cette inclusion, il n’est pas (ou plus, en attente). L’inexistant est tout ce qui n’a pas lieu, qui ne se manifeste pas d’une manière (acteur) ou d’une autre (sujet d’une action).
Or de ces premières conclusions on peut s’interroger sur l’inclusion des idées et cognitions dans ce qui est entendu comme relevant du monde. En un sens, qu’en est-il des idées qui ne se manifestent pas et ne se traduisent pas sous une forme actée ? L’abstraction n’est en effet pas réelle.

c) Le monde comme réceptacle
L’affirmation incorpore un tiers, à savoir, le point de vue de celui qui observe ces faits. Inclus dans le monde, il est aussi ce qui a lieu. Observant il est signifié et significatif tout comme le monde.
C’est affirmer que tout existe non seulement lorsqu’il s’incarne dans un fait mais aussi que ce fait est constaté. Aussi une table est dès lors qu’elle est vue, autrement, elle n’existe pas. Comme elle est vue, elle signifie aussi la personne qui la regarde. A cet instant la table et l’observateur sont. Comme une table ne peut regarder un humain, déclarer que le monde est tout, c’est affirmer la prégnance de l’humain sur le monde qui gagne en réalité sitôt qu’un regard s’y pose.
Aussi l’existence présuppose deux actions simultanées commises par l’homme. Celui-ci regarde, regardant il donne sens à la chose observée ainsi qu’à lui-même.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Ven 24 Fév - 22:11:11

Suite à cette première affirmation W précise que :

1.1 "Le monde est la totalité des faits, non des choses"

Voici comment je réagis :

Wittgenstein renforce sa première proposition en incluant la notion de totalité dont il se sert pour opposer faits et choses dans la liaison qu’il établit entre le monde en puissance (non est) et le monde étant (affecté par des faits).

a) L’inexistence des choses
La chose n’a pas d’existence. Ce qui implique l’inexistence de toute chose. La table seule n’est pas. On pourrait objecter qu’elle est puisque dans sa composition elle est innervée par tout un ensemble d’atomes qui s’entrechoquent. Elle renferme bien intrinsèquement des faits. Toutefois, comme ils ne sont pas observés ou visibles, elle n’est pas.

b) Une existence plurielle
Wittgenstein justifie l’existence du monde au travers de plusieurs signaux. La gamme pour se signifier au travers des faits est large et convergente. La somme des signaux émis au travers des faits implique l’existence.
Qu’est-ce qui rend le fait existant ? La perception d’abord et le traitement de cette perception ensuite. La majorité des commentaires de ces premières propositions insistent sur le langage, plus précisément sur le lien entre l’existence et le langage. Ici, je suis incapable de pourvoir encore établir ce lien. Le langage n’est pas expressément évoqué. Il est écrit nulle part que le monde se réduit à sa seule description. Il se réduit pour l’instant à ses faits, et à leur totalité.


avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Lun 6 Mar - 14:31:30

et je continue donc... bon promis je vais alléger la chose.
Voici la suite :

1.11 Le monde est déterminé par les faits, et par ceci qu’ils sont des faits.

Non seulement le monde est fait mais sa détermination impose ces faits. Mieux, la détermination est elle-même un fait. Ce qui suppose l’octroi pour tout à être de deux dimensions. Pour être, il faut être manifestant et manifesté. Ce point réintroduit l’observateur dans le système et en signifie son rôle. Le monde est dans la mesure où il se résume à des faits qui sont eux-mêmes traités – déterminés. Il s’agit de rendre compte des faits. La chaine logique d’appréhension du monde se bâtit sous nos yeux. 1 un fait – 2 l’objectivation de ce fait. L’existence du monde passe par la capture d’une donnée extérieure (un fait), qui passe de cet état à celui d’une réalité extérieure (la détermination elle-même factuelle).

Bon bé à suivre..
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Invité le Lun 6 Mar - 14:40:36

Izo a écrit:Et puis j'ajoute ne pas être sujette à une palette d'émotions trop étendue, ce qui est un atout n'ayant en effet pas à les gérer. Aussi les signaux qui me sont renvoyés concernant mes réponses inappropriées me touchent moins, voire peu. Parfois cette insensibilité m'effraie et m'étonne car je sais que je peux être hypersensible sur des faits et choses anodines. Bref nous ne sommes que nuances comme l'affirmait ...devinez qui ?


http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/aspects-de-la-plurivocite-controlee-portrait-de-wittgenstein-par-blumenberg/

Et désolé de mettre donc un exégète quand tu as décidé de t'en passer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Cyclopède le Lun 6 Mar - 15:28:15

"Comme une toute petite pensée peut cependant remplir une vie !"
Wittgenstein. Remarques mêlées.
avatar
Cyclopède
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 400
Points : 758
Date d'inscription : 01/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Mar 7 Mar - 14:44:04

Je poursuis mon approche tout en étant attentive à vos apports que je note pour m'y référer par la suite.

LW justifie son "Le monde est déterminé par les faits, et par ceci qu’ils sont des faits. ",

1.12 Car la totalité des faits détermine ce qui a lieu, et aussi tout ce qui n’a pas lieu.


Les faits signifient l’existence mais aussi ce qui n’existe pas. Aussi la table que je vois m’indique sa présence et signifie aussi son exclusivité donc quelque part tout ce qui n’existe pas. Le traitement est double, il distingue le fait et le non fait, donc l’être et l’être pas.

l'affirmation qui suit est celle-ci :

1.13 Les faits dans l’espace logique sont le monde.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Invité le Mar 7 Mar - 15:01:40

espace logique ?

Hummm...



L'observateur observant est un fait ? Qui le détermine, manifeste, lui ?
La table manifeste-t-elle celui qui la désigne comme table ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Mar 7 Mar - 15:09:41

----- a écrit:espace logique ?

Hummm...
L'observateur observant est un fait ?  Qui le détermine, manifeste, lui ?
La table manifeste-t-elle celui qui la désigne comme table ?

Pareil... voici mon interprétation :

Wittgenstein renverse la proposition initiale en partant des faits pour les rattacher au monde. La réciproque est ainsi vraie. Les faits sont le monde, tout autant que le monde est tout ce qui a lieu. Toutefois entre ces deux éléments il introduit « l’espace logique » (et non pas un espace logique). Evoque-t-il une déclinaison séquentielle rationnelle ou affirme-t-il que telle est la loi. Celle-là qui fonde le lien d’existence entre les faits et le monde.

Selon moi l'observateur est un fait auto désigné ... C'est lui l'auteur des faits en fait...
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Invité le Mar 7 Mar - 15:13:50

Et c'est Wittengstein l'auteur de ce que l'auteur des faits est un fait.
C'est suuuuper...

Bon j'arrête (j'espère) de faire semblant de m'intéresser et donner crédit sous quelque forme à cela.
En fait je lis un tout petit peu juste parce que je t'aime presque bien, comme tu sais.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Mar 7 Mar - 15:16:20

Tu vois presque juste. Wittgenstein aimait tourner autour de lui même l'air de rien.
Moi aussi je te presque aime comme tu le sais aussi.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Lun 13 Mar - 15:03:04

1.13 Les faits dans l’espace logique sont le monde.

Wittgenstein renverse la proposition initiale en partant des faits pour les rattacher au monde. La réciproque est ainsi vraie. Les faits sont le monde, tout autant que le monde est tout ce qui a lieu. Toutefois entre ces deux éléments il introduit « l’espace logique » (et non pas un espace logique). Évoque-t-il une déclinaison séquentielle rationnelle ou affirme-t-il que telle est la loi. Celle-là qui fonde le lien d’existence entre les faits et le monde.

Après quoi craignant d'être incompris Wittgenstein énonce ceci : " 1.2 Le monde se décompose en faits";

Le monde se réduit à la somme des faits et aux faits mêmes qui se juxtaposent. Une succession factuelle dessine le monde et en rend compte.
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Izo le Ven 17 Mar - 10:00:10

Le décor est planté et nous savons sur quoi repose le monde. Or LW va repositionner sa démonstration sur les liens unissant le monde et les faits. C'est étonnant d'ailleurs cette précision fine qu'il met dans les premiers paragraphes de son livre car ensuite il accélère son propos au point d'être parfois imprécis.

Cependant pour l"instant comme il démarre, il chauffe le moteur et son lecteur (diesel) et remet le couvert énonçant pour le coup la sentence suivante :

1.2 Le monde se décompose en faits.

J'en déduis ceci :

Le monde se réduit à la somme des faits et aux faits mêmes qui se juxtaposent. Une succession factuelle dessine le monde et en rend compte.

Poursuivant il dit :

"1.21 Quelque chose peut isolément avoir lieu ou ne pas avoir lieu, et tout le reste demeure inchangé. "

Wittgenstein isole un fait et un non fait et signifie son impact, nul par ailleurs, sur tout le reste. Quelque chose peut exister comme peut ne pas exister. Plus précisément, quelque chose peut ou ne peut pas s’incarner en faits. Quoi qu’il en soit cet état d’être ou de non être n’impacte pas le reste. Demeure donc sans incidence.

J'avoue : l'expression "tout le reste" me paraît très vague et me déçoit.

Il attaque la matière de son propos en déclarant en deuxième point :

2. Ce qui a lieu, le fait, est la substance d’états de choses.

A suivre...
avatar
Izo
Bouquet de soleils
Bouquet de soleils

Messages : 458
Points : 769
Date d'inscription : 24/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ludwig Wittgenstein

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum